Coronavirus : De retour à la Maison Blanche, Donald Trump assure qu’il va « bientôt » repartir en campagne

ETATS-UNIS Le président américain se sent « très bien » et a l’intention de participer au débat face à Joe Biden le 15 octobre

P.B.

— 

Donald Trump de retour à la Maison Blanche, le 5 octobre 2020.
Donald Trump de retour à la Maison Blanche, le 5 octobre 2020. — Alex Brandon/AP/SIPA

Il est de retour à la Maison Blanche. Le président américain a quitté l’hôpital militaire Walter Reed lundi soir, avec le feu vert de ses médecins. Donald Trump​ y avait été admis vendredi après son test positif au Covid et une chute de ses niveaux d’oxygène. S’il a assuré, à moins d’un mois du scrutin, qu’il repartirait en campagne sur le terrain « très vite », il devra d’abord prouver qu’il n’est plus contagieux dans les prochains jours. Dans la soirée, le porte-parole de sa campagne a assuré qu’il avait « absolument l’intention » de participer au débat face à Joe Biden le 15 octobre.

« Je vais quitter le super centre médical de Walter Reed aujourd’hui à 18h30. Je me sens très bien. N’ayez pas peur du Covid. Ne le laissez pas dominer votre vie. Nous avons développé, sous l’administration Trump, d’excellents traitements et une grande connaissance [du virus]. Je me sens mieux qu’il y a 20 ans ! », avait annoncé le président américain lundi matin.

Mise en scène pompeuse

Dans une mise en scène savamment orchestrée, le président des Etats-Unis est descendu de l’hélicoptère qui l’a amené du Centre médical militaire Walter Reed, a traversé la pelouse en saluant les caméras qui l’attendaient avant de grimper les marches vers le balcon de sa résidence. Là, l’air malgré tout crispé, il a ajusté sa veste, retiré son masque et levé les pouces. Un geste de défi pour un dirigeant qui pendant des mois a affiché son dédain pour ceux qui se couvrent le visage pour se protéger du Covid-19.

« Ne le laissez pas vous dominer. N’en ayez pas peur, vous allez le battre, nous avons les meilleurs équipements médicaux », a déclaré le président américain à propos du Covid-19, alors que son pays, le plus endeuillé au monde, déplore plus de 210.000 morts dus à cette maladie. « Sortez, soyez prudents », a même exhorté celui qui est accusé d’avoir minimisé la pandémie et dont la gestion est critiquée de toutes parts.

Bientôt de retour en campagne?

« Nous allons reprendre le travail », « en tant que leader, j’ai dû le faire, je savais qu’il y avait un danger, mais je devais le faire. J’étais en première ligne », a-t-il dit dans une seconde vidéo. « Et maintenant je vais mieux, je suis peut-être même immunisé, je ne sais pas », a-t-il ajouté.

Le président-candidat, de nouveau très actif sur Twitter, se montre de plus en plus impatient de donner au moins l’image d’un candidat mobilisé par sa campagne à moins d’un mois du scrutin du 3 novembre, face au démocrate Joe Biden. « Je retournerai bientôt sur le terrain pour ma campagne !!! », a-t-il prévenu sur Twitter.

Pas synonyme d’un retour à la normale

« Il est de retour », a aussi acquiescé son médecin Sean Conley, « prudemment optimiste », comme pour confirmer l’idée véhiculée par son entourage d’un « battant » prêt à vaincre le virus et remonter sur le ring. Pour autant, l’équipe médicale a bien souligné qu’une sortie de l’hôpital n’était pas synonyme d’un retour à la normale. « Il n’est peut-être pas encore complètement tiré d’affaire » et il bénéficiera à la présidence « de soins médicaux de classe mondiale 24 heures sur 24 », a précisé le Dr Conley lors d’une conférence de presse.

Il a précisé que les médecins ne seraient pas totalement soulagés avant une semaine. Surtout, il a expliqué que Donald Trump ne pourrait pas retourner sur le terrain avant de ne plus être contagieux - laissant entendre qu’il l’était encore. Il a évoqué un délai moyen de dix jours, mais sans préciser exactement à partir de quand. Cela semble donc le priver encore pour un temps de déplacements dans les Etats-clés pour tenter de refaire son retard. En face, Joe Biden, 77 ans, qui a maintenu voire accru son avance dans les intentions de vote après le débat confus de la semaine dernière face à Donald Trump, continue lui sa campagne à son rythme.