Écosse : Des baleines évacuées d’un loch avant un exercice militaire refusent de partir

INTERVENTION L’exercice « Joint Warrior » implique des « entraînements anti-sous-marins », un exercice qui peut susciter l’inquiétude des cétacés

20 Minutes avec agences

— 

Image d'illustration d'une baleine en mer.
Image d'illustration d'une baleine en mer. — JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Malgré les efforts des sauveteurs qui s’étaient évertués à les reconduire en mer, des baleines à bec se sont obstinées à rester dans un loch écossais où doit débuter ce week-end un exercice militaire international d’ampleur. Les sauveteurs de la British Marine Life Rescue (BDMLR) ont annoncé ce vendredi qu’ils devaient renoncer à leur opération d’évacuation. « On a essayé, mais si les baleines ne veulent pas être ramenées en mer, on ne peut pas faire grand-chose de plus », a déploré Julia Cable, porte-parole de l’organisation, expliquant que trois baleines se trouvent actuellement dans le loch.

À l’aide de dix bateaux, les sauveteurs avaient plus tôt dans la semaine formé une barrière pour tenter de déplacer les cétacés du loch Long, un bras de mer situé près de la base navale de Faslane, qui abrite la flotte britannique de sous-marins à propulsion nucléaire. Mais les mammifères marins ont changé de direction et sont revenus.

Sensibles aux sons subaquatiques

Des milliers de militaires britanniques, de l’Otan et d’autres unités internationales doivent participer à un exercice militaire à partir de dimanche et jusqu’au 15 octobre. L’exercice « Joint Warrior » implique des « entraînements anti-sous-marins conduits par des navires de guerre, des sous-marins et des avions » autour de la côte ouest de l’Écosse, selon le ministère de la Défense.

L’exercice a suscité l’inquiétude pour les cétacés, sensibles aux sons subaquatiques. La baleine à bec commune, qui ressemble à un grand dauphin avec une tête bombée, se tient généralement loin des eaux côtières, préférant les eaux profondes à l’ouest du Royaume-Uni et de l’Irlande.

« On n’a pas l’habitude d’avoir affaire à ces baleines, mais il s’est passé quelque chose en mer qui les a conduites dans ce système complexe de loch et d’îles », a souligné la porte-parole des sauveteurs. « Elles se trouvent dans un territoire qui n’est pas le leur en temps normal. C’est difficile pour l’équipe et pour les habitants de la région, a poursuivi Julia Cable. On veut tous le meilleur pour les baleines ».