Fermer Guantanamo mettra plus de temps que prévu

USA Barack Obama a annoncé qu'il ne pourrait pas le faire, comme il l'avait promis, dans les 100 jours qui suivront son investiture...

Avec agence

— 

Le Pentagone a rendu public vendredi pour la première fois le nom et la nationalité de la plupart des centaines de prisonniers du centre de détention militaire américain de Guantanamo, après en avoir reçu l'ordre par un juge fédéral de New York.
Le Pentagone a rendu public vendredi pour la première fois le nom et la nationalité de la plupart des centaines de prisonniers du centre de détention militaire américain de Guantanamo, après en avoir reçu l'ordre par un juge fédéral de New York. — AFP/Archives

Il s’était engagé à fermer Guantanamo dans les 100 jours suivant son investiture. Barack Obama, qui prendra ses fonctions le 20 janvier prochain, a reconnu qu'il n’y arriverait pas. Du moins, pas dans le temps annoncé.

«C'est plus difficile que nombre de gens ne le pensent», a déclaré le président élu américain dans une interview qui doit être diffusée sur la chaîne de télévision américaine ABC.

«Je crois que cela va prendre un certain temps et nos équipes de juristes travaillent avec les responsables de la sécurité nationale, en ce moment même, pour arriver à savoir exactement ce que nous allons faire», a encore souligné Obama.

Promesse maintenue


Pourtant, le président des Etats-Unis a réitéré sa promesse de clore cette prison, située sur le territoire cubain, devenue le symbole des aspects les plus controversés de la guerre contre le terrorisme lancée par l'administration du président George W. Bush après les attentats du 11 septembre 2001.

«Je ne veux pas qu'il y ait d'ambiguïté sur cette question, veut rassurer Obama. Nous allons fermer Guantanamo et nous allons le faire de manière à être sûr que les procédures que nous mettons en place respectent notre constitution».

Gaza Au rayon politique étrangère, le président américain a aussi assuré qu'il mettrait en place une équipe qui puisse s'engager immédiatement dans le processus de paix au Proche-Orient, dès le 20 janvier donc.