Affaire Alexeï Navalny : L’opposant accuse Vladimir Poutine d’être « derrière » son empoisonnement

RUSSIE L’opposant russe a accordé une interview à l’hebdomadaire allemand « Der Spiegel », la première depuis sa sortie de l’hôpital

20 Minutes avec AFP
— 
Alexei Navalny, l'opposant russe, le 29 septembre 2019 à Moscou.
Alexei Navalny, l'opposant russe, le 29 septembre 2019 à Moscou. — Dmitri Lovetsky/AP/SIPA

Lors de sa première interview publiée depuis qu’il est sorti de l’hôpital allemand, où il a été soigné, l’opposant russe Alexeï Navalny a accusé le président Vladimir Poutine d’être « derrière » son empoisonnement.

« J’affirme que Poutine est derrière cet acte, je ne vois pas d’autres explications », a-t-il déclaré à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. « Mon devoir est à présent de rester comme je suis, quelqu’un qui n’a pas peur. Et je n’ai pas peur ! », a-t-il ajouté.

Alexeï Navalny retournera bien en Russie

L’opposant russe Alexeï Navalny a affirmé son intention de retourner dans son pays, une fois remis de son empoisonnement. « Je ne ferai pas le cadeau à (Vladimir) Poutine de ne pas retourner en Russie », a-t-il déclaré.

La Russie a retorqué, ce jeudi, par la voix du président de la chambre basse du parlement russe, la Douma, affirmant que Vladimir Poutine​ lui avait « sauvé la vie » et non orchestré son empoisonnement. « Navalny n’a aucune honte, c’est un scélérat. Poutine lui a sauvé la vie (…), il est clair que Navalny travaille avec les services spéciaux et les autorités de pays occidentaux », a déclaré dans un communiqué Viatcheslav Volodine.

Une convalescence qui prendra « beaucoup de temps »

Infatigable militant de la lutte contre la corruption et critique féroce du Kremlin, Alexeï Navalny, 44 ans, est tombé gravement malade le 20 août à bord d’un avion en Sibérie, alors qu’il était en campagne électorale.

Trois laboratoires européens ont conclu à son empoisonnement avec un agent neurotoxique de type Novitchok, conçu à des fins militaires à l’époque soviétique, et les capitales occidentales ont dès lors appelé la Russie à s’expliquer et à enquêter.

Moscou rejette toutes les accusations. Alexeï Navalny est sorti il y a une semaine de l’hôpital berlinois de la Charité, où il a été soigné pendant un mois. Il poursuit désormais sa convalescence en Allemagne qui, selon sa porte-parole, prendra « beaucoup de temps ».