Karabakh : L’Arménie refuse de négocier avec l’Azerbaïdjan sous l’égide russe

AFFRONTEMENTS Le Conseil de sécurité de l’ONU a également adopté une déclaration à l’unanimité demandant à « arrêter immédiatement les combats »

20 Minutes avec AFP

— 

Un militaire arménien tire sur les positions de l'Azerbaïdjan dans la République autoproclamée du Karabakh, le 29 septembre 2020.
Un militaire arménien tire sur les positions de l'Azerbaïdjan dans la République autoproclamée du Karabakh, le 29 septembre 2020. — Sipan Gyulumyan/AP/SIPA

Alors que les armes parlent depuis quatre jours, le temps des discussions pour calmer la situation ne semble pas encore venu. Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a en effet jugé prématurée ce mercredi l’idée de négocier avec l’Azerbaïdjan, sous l’égide de la puissance régionale russe.

Selon lui, « il est inapproprié de parler d’un sommet Arménie-Azerbaïdjan-Russie alors que des combats intenses sont en cours » au Nagorny Karabakh, territoire séparatiste azerbaïdjanais soutenu par Erevan. A des médias russes, Nikol Pachinian a expliqué que « pour des négociations, il faut une atmosphère et des conditions adéquates ».

Un appel du Conseil de sécurité de l’ONU à calmer le jeu

Les appels pour calmer le jeu font monter la pression sur les deux pays. Le Conseil de sécurité de l’ONU a ainsi adopté mardi une déclaration à l’unanimité pendant une réunion d’urgence demandée par les pays européens de l’organe (Belgique, Estonie, Allemagne, France et Royaume-Uni).

Dans celle-ci, les 15 membres du Conseil expriment « leur soutien à l’appel lancé par le secrétaire général aux deux côtés pour arrêter immédiatement les combats, désamorcer les tensions et reprendre sans tarder des négociations constructives ». Pour l’instant cela n’a pas eu d’effet sur le terrain.