Bolivie : A moins d’un mois des élections générales, trois ministres démissionnent

CRISE POLITIQUE Les ministres de l’Economie, du Travail et du Développement productif ont annoncé leur départ

20 Minutes avec AFP

— 

La présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Añez, à La Paz le 6 août 2020.
La présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Añez, à La Paz le 6 août 2020. — Juan Karita/AP/SIPA

A moins d’un mois des élections générales en Bolivie, une crise politique est en cours dans ce pays andin. Les ministres de l’Economie, du Travail et du Développement productif ont annoncé lundi leur démission du gouvernement intérimaire.

Une entreprise publique au cœur des divergences

Le ministre de l’Economie, Oscar Ortiz, a indiqué avoir été poussé à la démission. « Ils ont décidé de désigner une autre personne », en l’occurrence l’ancien ministre de la Planification Branko Marinkovic, a-t-il déclaré, soulignant des divergences avec le gouvernement de la présidente par intérim Jeanine Añez. Le ministre du Travail, Oscar Mercado, a pour sa part annoncé sa démission sur Twitter : « Avec la satisfaction du devoir accompli, j’ai remis ma démission ». Enfin, le ministre du Développement productif, Abel Martinez, a fait de même, sans que le nom de son remplaçant soit à ce jour connu.

Selon Oscar Ortiz, le désaccord tourne autour d’une décision du gouvernement de restituer des actions de l’entreprise publique d’électricité Elfec à un ancien actionnaire privé, la Cooperativa de Teléfonos de Cochabamba. La société avait été nationalisée par l’ancien président de gauche Evo Morales en mai 2010. Le ministre de l’Intérieur, Arturo Murillo, a lui-même reconnu qu'« effectivement, la question de l’Elfec (avait) généré de nombreuses frictions » au sein du gouvernement. Evo Morales a pour sa part jugé que la restitution des actions d’Elfec « est non seulement inconstitutionnelle, mais constitue une grave attaque contre la chaîne de production et de distribution d’électricité ».

Des élections générales sont prévues le 18 octobre. Quelque 7,3 millions de Boliviens sont appelés aux urnes pour élire le président, le vice-président et renouveler la totalité du Parlement : 130 députés et 36 sénateurs.