Lituanie : Emmanuel Macron en visite pour parler Biélorussie

DIPLOMATIE Le président français entame ce lundi une tournée de deux jours en Lituanie et en Lettonie

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron à l'Elysée le 27 septembre 2020.
Emmanuel Macron à l'Elysée le 27 septembre 2020. — PIERRE VILLARD/SIPA

Le président français va avoir l’occasion de tenir à nouveau son discours de fermeté contre son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko. Emmanuel Macron arrive lundi à Vilnius, où les dirigeants lituaniens attendent son soutien clair contre le régime de la Biélorussie voisine et les pressions russes, au lendemain de nouvelles manifestations massives à Minsk. La tournée de deux jours du président français dans la région, le fera également passer par la Lettonie.

Une rencontre possible avec Svetlana Tikhanovskaïa

L’Union européenne comme les Etats-Unis refusent de reconnaître l’élection de Loukachenko, jugée frauduleuse, et condamnent la répression contre les opposants. La police biélorusse a encore arrêté quelque deux cents personnes dimanche. Le président français n’a d’ailleurs « pas exclu » de rencontrer à Vilnius la cheffe de file de l’opposition biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa, exilée en Lituanie.

Des écrivains, artistes et scientifiques lituaniens ont appelé dimanche le président français à soutenir les manifestants. « Hommes et femmes » de la Biélorussie « sont soumis à des tortures inhumaines. Et cela se passe dans l’Europe du XXIe siècle ! », soulignent ces artistes et scientifiques, dont certains déjeuneront mardi avec Emmanuel Macron.

Cette crise devrait donc dominer les discussions du président français lundi avec son homologue lituanien Gitanas Nauseda. Les Etats baltes attendent un appui ferme contre les pressions de Vladimir Poutine, et ce au moment où l’empoisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny accroît encore les tensions entre Moscou et l’Occident.

L’Otan également au programme

En avril 2018, Emmanuel Macron avait reçu à Paris les présidents des trois Etats baltes à l’occasion du centième anniversaire de leur indépendance. Il avait alors réaffirmé que la France était à leurs « côtés », notamment « dans le cadre de l’Otan ». Le Français profitera d’ailleurs de sa visite pour rencontrer les troupes de l’Otan dans la région, en se rendant sur la base lituanienne de Rukla où sont stationnés 300 soldats français intégrés à un bataillon international de l’Otan. Une présence symbolique face aux forces russes.