PAs de trêve en perspective pour l'offensive israélienne

— 

La violence ne désarme pas. La suspension quotidienne des combats pendant trois heures ne permet pas de faire baisser le nombre des victimes. Au contraire : le bilan de l'offensive israélienne sur Gaza s'établissait hier à 763 morts, selon l'AFP.

Sur le front diplomatique, la journée d'hier n'a finalement permis que peu d'avancées. L'initiative de cessez-le-feu franco-égyptienne s'est vu opposer une fin de non-recevoir du Hamas et de certains mouvements palestiniens, au motif qu'elle ne ferait que permettre à Israël de « poursuivre son agression ».

Seul point positif : le conseiller politique du ministre israélien de la Défense, Amos Gilad, est venu rencontrer le chef des services de renseignements égyptiens, Omar Souleimane, homme clé de toutes les négociations sensibles. Des discussions dont l'Etat hébreu a dit espérer qu'elles offriraient les conditions pour lui « permettre de mettre fin à l'opération militaire », même si, en l'absence de l'adhésion du Hamas et des mouvements palestiniens, une trêve paraît peu probable. ■