Gaza: accord sur une résolution pour un cessez-le-feu à l'ONU

CONFLIT La diplomatie progresse à petits pas, pendant que le bilan humain s'alourdit...

J.M. avec agence

— 

Le bilan des morts de l'offensive israélienne à Gaza montait en flèche jeudi, s'élevant à 763, après de nouveaux raids meurtriers et la récupération de nombreux corps par les services de secours à la faveur d'une pause dans les bombardements.
Le bilan des morts de l'offensive israélienne à Gaza montait en flèche jeudi, s'élevant à 763, après de nouveaux raids meurtriers et la récupération de nombreux corps par les services de secours à la faveur d'une pause dans les bombardements. — Yasser Saymeh AFP

A l'ONU, les ministres des Affaires étrangères occidentaux et arabes sont parvenus ce jeudi soir à un accord sur les termes d'une résolution en vue d'un cessez-le-feu immédiat à Gaza et devaient passer au vote, a affirmé le représentant permanent des Palestiniens à l'ONU, Riyad Mansour.

«Il y a un accord, les amendements arabes ont été acceptés», a déclaré Mansour à des journalistes. Il faisait allusion à un projet de résolution rédigé par la Grande-Bretagne, auquel les ministres arabes ont proposé des amendements. Selon des diplomates, la version amendée du texte «appelle à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza».

Des roquettes venues du Sud-Liban

Ce jeudi, la treizième journée du conflit avait été marquée par le tir de trois roquettes, qui ont atteint le Nord d'Israël. Celles-ci sont parties, vers 8h, du sud-Liban, faisant deux blessés. L'armée israélienne n'ayant pas tardé à riposter, la crainte de voir le conflit s'étendre était grande, alors que la situation humanitaire des Gazaouis devient de plus en plus dramatique.

Rapidement, le Hezbollah chiite a assuré ne pas être impliqué, tandis que la Force des Nations unies au Liban (Finul) était placée en état d'alerte renforcée. Dans la journée, les tirs ne se sont pas répétés. Les violents combats dans Gaza, eux, ont continué. Comme la veille, ils se sont interrompus pendant trois heures, même si la police israélienne affirme que le sud d'Israël a été la cible d'un tir de roquette pendant cette trêve.

Urgence humanitaire

Le bilan humain s'est cependant alourdi, porté à au moins 763 morts et plus de 3.100 blessés côté palestinien. Israël déplorant, quant à elle, douze décès et quelque 120 blessés. Mais alors que la Croix-Rouge réclame un accès permanent des secours aux victimes des combats, l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens a suspendu l'ensemble de ses activités humanitaires après la mort d'un de ses chauffeurs, dont le convoi a été touché par un obus israélien.

Seule lueur d'espoir dans ce sombre tableau, la mission israélienne dépêchée au Caire pour discuter des propositions franco-égyptiennes de cessez-le-feu avec le président Hosni Moubarak. Un plan auquel le président palestinien Mahmoud Abbas a répété son soutien. Le Hamas, en revanche, ainsi que d'autre organisations palestiniennes basées à Damas ont rejeté l'initiative égyptienne, déclarant que ce plan ne constituait pas «une base valable».

>>> En raison de débordements systématiques, nous sommes contraints de fermer aux commentaires les articles traitant des événements de Gaza. Merci de votre compréhension. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à les envoyer au 33320@ 20minutes.fr