Gaz: Les livraisons vont reprendre, les observateurs de l'UE en Ukraine vendredi

CRISE Les présidents de Gazprom et Naftogaz s'asseyent à la même table à Bruxelles...

MD avec agence

— 

afp.com

Ils ont négocié et ont trouvé un terrain d'entente. Les livraisons de gaz russe vers l'Europe via l'Ukraine «reprendront immédiatement» lorsque les observateurs indépendants seront sur place pour vérifier les flux de gaz entre les deux pays, a indiqué jeudi à Bruxelles le président de Gazprom, Alexeï Miller. Il rencontrait son homologue ukrainien à Bruxelles jeudi. L'Ukraine garantit, pour sa part, le transit du gaz russe par son territoire si la Russie reprend ses livraisons vers l'Europe. L'Ukraine a signé jeudi un accord avec la Commission européenne invitant les observateurs européens. Les observateurs européens se rendront en Ukraine dès vendredi, a annoncé le gouvernement ukrainien dans un communiqué.

Les discussions directes entre le président du géant gazier russe Gazprom et celui de la société ukrainienne des hydrocarbures Naftogaz ont finalement eu lieu. «Je peux confirmer que la rencontre a commencé à l'initiative de la partie russe» vers 13 heures dans «une des pièces du Parlement européen», avait déclaré le chef de la mission ukrainienne, Andri Vesselovski, un peu plus tôt jeudi.

L'Ukraine remet un protocole à José Manuel Barroso

«Nous devons répondre au besoin urgent» créé par l'interruption des livraisons de gaz russe à l'Europe via l'Ukraine, «ils (la Russie et l'Ukraine, ndlr) doivent remplir leurs obligations envers les consommateurs européens», avait déclaré le vice-Premier ministre tchèque chargé des affaires européennes, Alexandr Vondra, jeudi matin. L'espoir de trouver une sortie à la crise semble se dessiner.

Alexandr Miller a indiqué avoir «remis un protocole» jeudi matin au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, contenant des propositions sur le déploiement des observateurs. «J'espère qu'il sera examiné rapidement et adopté», a-t-il ajouté.

De son côté, Nicolas Sarkozy a estimé que les Russes devaient «respecter» leurs contrats de livraison de gaz aux pays européens, lors d'une conférence de presse avec la chancelière allemande Angela Merkel. «Quant à l'Ukraine, je crois être assez bien placé pour dire que l'Europe a fait beaucoup pour elle, puisque c'est sous présidence française (de l'Union européenne, ndlr) que nous avons obtenu l'ouverture pour l'Ukraine d'un partenariat privilégié», a-t-il ajouté. Il a rappelé que «le différend russo-ukrainien est d'ordre bilatéral, nous invitons les Russes et les Ukrainiens à prendre loyalement le chemin des discussions pour aboutir à un accord», se félicitant d'une parfaite «convergence de vues» avec l'Allemagne.

>> A lire également: Crise du gaz: «Il faut contractualiser les relations entre la Russie et l'Ukraine»

Des observateurs européens, mais une intervention limitée de l'UE

Les responsables de l'Union européenne ont reçu jeudi en fin de matinée à Bruxelles le président de la compagnie gazière russe Gazprom pour parler d'une solution de sortie de crise: l'envoi d'observateurs internationaux en Russie et en Ukraine pour contrôler l'état réel des livraisons de gaz entre Moscou et Kiev, afin d'obtenir le rétablissement de l'approvisionnement européen.

>> A lire sur e24: coupure de gaz et arrêt des usines

Les dirigeants de Gazprom et de Naftogaz se sont réunis à Moscou dans la nuit de mercredi à jeudi, pour la première fois depuis le 31 décembre, pour tenter de trouver une issue à la crise. Alexandr Vondra a toutefois plaidé pour que l'implication de l'UE dans le bras de fer russo-ukrainien, qu'elle souhaitait éviter au départ, reste limitée.

Une réunion extraordinaire des ministres de l'Energie

Mais le ministre lituanien des Affaires étrangères, Vygaudas Usackas, s'est, lui, exprimé en faveur d'un engagement plus fort sur le plan politique de l'Europe. «Je peux difficilement imaginer que la Russie et l'Ukraine puissent résoudre la question sans implication forte de l'UE», a-t-il dit, en appelant également l'UE à intensifier ses efforts visant à diversifier ses sources d'approvisionnement énergétique.

Par ailleurs les ministres de l'Energie tiendront une réunion extraordinaire lundi prochain à Bruxelles consacrée à la crise du gaz. Les discussions porteront notamment sur les mesures à prendre pour assurer la sécurité des approvisionnements de l'UE, mise en danger par le contentieux opposant la Russie, pays producteur, à l'Ukraine, pays de transit, sur le prix à payer par ce dernier pays pour le gaz russe qu'elle consomme en propre.