Treizième jour de conflit: entre espoirs diplomatiques et poursuites des combats

GAZA Israël va envoyer des émissaires au Caire, mais continue de lancer ses troupes et ses missiles sur la bande...

M.Gr avec agence

— 

A la suite de l'intitiative égyptienne, Israël a interrompu ses bombardements sur Gaza-ville mercredi pendant trois heures "pour des raisons humanitaires". Le Hamas a cessé ses tirs de roquettes pendant cette brève accalmie.
A la suite de l'intitiative égyptienne, Israël a interrompu ses bombardements sur Gaza-ville mercredi pendant trois heures "pour des raisons humanitaires". Le Hamas a cessé ses tirs de roquettes pendant cette brève accalmie. — Said Khatib AFP

Israël souffle le chaud et le froid vis-à-vis du conflit à Gaza, alors que le conflit a déjà fait plus de 700 morts palestiniens. L'Etat hébreu a intensifié ses opérations dans le sud de la bande, frappée cette nuit par des nouveaux raids aériens. Tout en envoyant des émissaires en Egypte discuter de propositions de trêve. Notre heure par heure:

>>>>> Pour retrouver tous les événements de la journée de mercredi, cliquez ici. Notre diaporama sur le conflit est là. Et, last but not least, 20minutes.fr vous propose une timespace pour suivre sur cartes, et en continu, le conflit israélo-palestinien...

18h05: Les Etats-Unis demandent à Israël d'en faire plus

Le département d'Etat américain a appelé Israël à prolonger les horaires d'accès de l'aide d'urgence dans la bande de Gaza. «Nous pensons que les horaires doivent être étendus. C'est quelque chose sur quoi nous travaillons avec les Israéliens et avec d'autres» a déclaré un porte-parole, Robert Gibbs. «Nous pensons évidemment que la situation humanitaire est terrible. Nous sommes très préoccupés de ce qui se passe sur le terrain», a-t-il ajouté.

17h15:
Mahmoud Abbas répète son soutien au plan égyptien
Le président palestinien, en visite à Madrid, a réitéré son appui à l'initiative égyptienne en vue d'une trêve permanente dans la bande de Gaza. Il s'est en revanche abstenu de tout commentaire concernant son rejet par le Hamas. Mahmoud Abbas a également confirmé qu'il se rencontrera, vendredi en Egypte, le président Hosni Moubarak en vue de «développer cette initiative».

16h00: L'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens suspend l'ensemble de ses activités humanitaires
L'Unrwa réagit après qu'un de ses convois a été touché par un obus israélien, faisant un mort (voir info de 14h15). «Nous maintiendrons cette suspension tant que les autorités israéliennes ne garantiront pas la sécurité de nos équipes», a justifié le porte-parole de l'agence, Chris Gunness.

15h30: Olmert, Israël pourrait accélerer l'intervention à Gaza
A l'issue d'une tournée dans les divisions de Tsahal engagées dans le Sud du pays, le Premier ministre israélien est resté ferme. Son pays n'a pas épuisé toutes les options militaires et il peut encore intensifier l'opération Plomb durci contre le Hamas, si le gouvernement le souhaite. Impressionné par les résultats de son armée, Olmert a prévenu qu'il était encore trop tôt pour dire que la donne a changé dans le Sud d'Israël: «L'armée fait bouger les lignes, mais nous n'avons pas encore le contrôle total de la région, ce qui est notre souci principal.»

15h00: Merkel et Sarkozy prêts à «prendre une initiative commune»
«Les armes doivent se taire, l'escalade doit s'arrêter, Israël doit obtenir des garanties pour sa sécurité et quitter Gaza, le plus tôt sera le mieux (...) Nous sommes prêts à prendre une initiative commune pour aider à la paix au Proche-Orient». Les deux chefs d'Etat ont particulièrement insisté sur la sécurisation des frontières comme facteur clé de la trêve: «Il faut donner à Israël la garantie que les armes ne passeront pas par cette frontière (entre l'Egypte et la bande de Gaza, ndlr). A partir de ce moment-là, il faut que l'armée israélienne se retire de Gaza».

A propos des roquettes tirées depuis le Liban,
Sarkozy a calmé le jeu: «Il faut garder son sang froid. Ce qui est très important, c'est que les discussions dont nous avions recommandé l'organisation commencent au plus haut niveau aujourd'hui entre les Israéliens et les Egyptiens». Plusieurs rencontres ont déjà eu lieu aujourd'hui au Caire, notamment entre le conseiller politique d'Ehud Barak, Amos Gilad, et le chef des services de renseignements égyptiens, Omar Souleimane, homme clef de toutes les négociations sensibles.

14h15: Le chauffeur d'un convoi humanitaire des Nations Unies abattu par l'armée israélienne
Les soldats israéliens ont ouvert le feu sur un camion qui venait apporter des vivres et des médicaments dans la bande de Gaza. Le chauffeur sous contrat avec les Nations Unies et deux autres employés ont été grièvement blessés, selon des responsables onusiens. L'accrochage s'est produit au checkpoint Erez, principal point d'entrée des ONG et des agences humanitaires dans la bande. Le passage a été fermé.

«C'est un exemple tragique de l'impossibilité de travailler et d'apporter de l'aide ici, a déploré John Ging le coordinateur de l'ONU à Gaza. On ne peut pas continuer à travailler dans ces conditions si nos employés sont tués et blessés, alors même qu'ils sont en liaison directe avec des responsables israéliens, qui sont censés assurer leur sécurité.»

C'est le deuxième drame de ce genre ces derniers jours. Lundi, l'armée israélienne a pilonné un local où travaillait une association palestinienne sous contrat avec le programme alimentaire mondial de l'ONU et chargée de distribuer les vivres. Deux employés avaient été tués, trois autres blessés, selon la porte-parole de l'agence Barbara Conte.

A regarder, un reportage de CNN sur l'inquiétude croissante à Rafah, point de passage et de contrebande entre l'Egypte et Gaza:


13h40: Pour le Hamas, le plan égyptien pour une trêve n'est pas «valable»
Des organisations palestiniennes basées à Damas, dont le Hamas, ont affirmé que l'initiative égyptienne en vue d'une trêve permamente dans la bande de Gaza «ne constituait pas une base valable», a déclaré leur porte-parole Khaled Abdel-Majid, chef du Front de lutte palestinien (FLP).

13h20: Des étrangers évacués de Gaza vers la Jordanie
Environ 250 étrangers et Palestiniens détenteurs d'une double nationalité ont été autorisés par Israël à quitter la bande de Gaza, selon la Croix-Rouge et l'armée israélienne. Conduits en bus au point de passage d'Erez, entre le nord de la bande de Gaza et Israël, ils n'ont pas pu parler aux journalistes. Un autre bus les a transférés vers la Jordanie. Le 2 janvier, à la veille de l'offensive terrestre israélienne, Israël avait autorisé plusieurs centaines d'étrangers à quitter le territoire. La plupart étaient d'origine russe, mais on comptait aussi des détenteurs de passeports des Etats-Unis, Norvège, Turquie, Ukraine et Belarus.

12h30: Quatre Israéliens blessés par les tirs de roquettes

Ils ont été touchés par des éclats près du kibboutz d'Eshkol, dans le Neguev. Une école d'Ashkelon a également été soufflée par une roquette. Elle était vide au moment de l'explosion.

12h00: Le commandant d'une compagnie israélienne tué dans les combats
Des hommes armés ont attaqué au missile anti-char la compagnie Haruv de Tsahal, au carrefour Kissufim, qui fait la liaison entre Israël et le centre de Gaza. Un officier a été tué, un soldat blessé.

11h45: La Croix Rouge est choquée par l'attitude d'Israël
L'organisation non gouvernementale déplore que l'Etat hébreu empêche l'accès des secouristes aux sites de Gaza touchés par les frappes de Tsahal, et bloque l'évacuation des blessés. Leur porte-parole Pierre Wettach explique ce jeudi que les secouristes de la Croix Rouge n'ont pas eu la permission d'accéder aux sites pendant près de quatre jours, ce qu'il trouve «choquant», et il appelle à nouveau Israël à respecter le Droit international humanitaire. Cet accès terriblement restreint, et ce malgré la trêve quotidienne de trois heures décidée mercredi, est souligné sur 20minutes.fr par une humanitaire de Médecins du Monde (lire ici).

L'urgence est criante. Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) évoque ainsi le destin de quatre enfants. Ils ont retrouvés ce mercredi près du corps de leur mère dans une maison de Gaza ville touchée par un bombardement datant de samedi dernier. Selon le CICR, l'équipe d'ambulanciers a découvert des petits «trop faibles pour se tenir debout. Un autre homme a aussi été découvert vivant, lui aussi trop faible pour se relever».

Dans deux maisons du quartier Zeitoun (Gaza city), les ambulanciers ont évacué mercredi «15 survivants de la même attaque, dont plusieurs blessés. Dans une autre maison encore, ils ont trouvé trois corps supplémentaires», précise le CICR. Qui demande un «accès sécurisé immédiat pour rechercher les blessés».

A lire ici: le récit de Mohammed Shaheen, un bénévole du Croissant Rouge palestinien. Il était dans le premier convoi d'ambulances qui a atteint ce mercredi les maisons du quartier de Zeitoun, pilonnés le week-end dernier par l'armée israélienne.

A écouter par là, le témoignage d'un médecin palestinien
sur la WebTV du «Telegraph»:


11h30: Benoît XVI redonne de la voix

Le pape Benoît XVI a réaffirmé que «l’option militaire n’est pas une solution» pour résoudre le conflit, dans son discours annuel au corps diplomatique accrédité auprès du Vatican.

11h00: La police israélienne abat un Palestinien près de Jérusalem
Les forces de l'ordre ont reçu des appels signalant un homme qui tentait de mettre le feu à une station service à
Mishor Adumim. Alors qu'elles arrivaient sur place, l'homme a couru dans leur direction un objet suspect à la main, et les policiers ont ouvert le feu. L'employé de la station service a été partiellement brûlé par le forcené. On ne sait pas encore dans quelle mesure cet événement est lié au conflit.

>>> Tôt dans la matinée, des roquettes ont été tirées du sud du Liban, frappant le Nord d'Israël. Tous les détails en cliquant ici.


Dans la nuit de mercredi à jeudi: poursuite de l'offensive


Des avions ont effectué deux raids jeudi vers minuit dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande, près de la frontière égyptienne, visant une maison et un tunnel soupçonné de servir à la contrebande. Quatre missiles sont également tombés sur une zone inhabitée vers deux heures du matin, près de Rafah. L'armée avait largué mercredi soir des tracts sur Rafah sommant les habitants des zones frontalières de l'Egypte de quitter les lieux en raison de prochains bombardements sur les zones de tunnels de contrebande.

Des chars israéliens, appuyés par des hélicoptères, sont aussi entrés cette nuit dans le sud de la bande de Gaza, selon des témoins. Et un raid aérien mercredi soir contre une mosquée de la ville de Gaza a fait trois blessés, selon des sources palestiniennes.

Mercredi, un haut responsable israélien, à la sortie de la réunion du cabinet de sécurité, avait évoqué ces prolongements du conflit: «Nous avons approuvé la poursuite des opérations terrestres, y compris une troisième phase qui élargira l'offensive en pénétrant plus avant dans les zones peuplées».

Mercredi: les espoirs diplomatiques

Israël a annonçé l'envoi d'émissaires au Caire pour discuter de la proposition de cessez-le-feu du président égyptien, Hosni Moubarak, une initiative menée conjointement avec Nicolas Sarkozy. Amos Gilad, conseiller politique du ministre de la défense, Ehoud Barak, et Shalom Turjman, conseiller d'Ehud Olmert, vont examiner le plan égyptien, qui bénéficie d'un large soutien international.

Il prévoit notamment «un cessez-le-feu immédiat pour une période limitée» afin de permettre l'ouverture de couloirs humanitaires et la poursuite des efforts égyptiens en vue d'une trêve permanente et des arrangements pour sécuriser les frontières de la bande de Gaza avant leur éventuelle réouverture.

Un proche d'Ismaïl Haniyeh, le Premier ministre palestinien appartenant au Hamas, a confié mercredi soir que celui-ci avait accueilli favorablement cette iniative, et qu'il espérait une trêve d'ici 48 heures. Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, s'est félicité de la proposition égyptienne et visitera Moubarak vendredi;

Pour aller plus loin sur ces espoirs de paix: lire ici ou .

A regarder, le cessez-le-feu de 3 heures de mercredi qui a permis d'acheminer des biens de première nécessité aux Gazaouis:


>>> En raison de débordements systématiques, nous sommes contraints de fermer aux commentaires les articles traitant des événements de Gaza. Merci de votre compréhension. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à les envoyer au 33320@ 20minutes.fr