Tensions Etats-Unis-Iran : Téhéran dénonce les « actions irresponsables » de Washington à son encontre

DIPLOMATIE Les Etats-Unis ont rétabli unilatéralement les anciennes sanctions onusiennes contre l’Iran

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. (archives)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. (archives) — ANWAR AMRO / AFP

L’Iran a appelé dimanche le monde à « parler d’une seule voix » contre les « actions irresponsables » américaines, après la déclaration unilatérale de Washington de rétablissement des sanctions des Nations unies contre Téhéran. « Nous attendons de la communauté internationale et de tous les pays du monde qu’ils s’opposent à ces actions irresponsables du régime à la Maison-Blanche », a déclaré Saeed Khatibzadeh, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse.

Les Etats-Unis ont unilatéralement proclamé dans la nuit de samedi à dimanche que les sanctions des Nations unies contre l’Iran étaient de nouveau en vigueur, promettant de punir ceux qui les violent quand bien même ils sont les seuls au monde à estimer qu’elles sont en vigueur. « Le monde entier dit que rien ne s’est passé. Cela s’est simplement passé dans le monde imaginaire » du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, a relevé Saeed Khatibzadeh. « C’est beaucoup de bruit pour rien et je pense que ce sont les jours et les heures les plus amers des Etats-Unis. »

Une procédure controversée

Estimant que Washington était « isolé » et « du mauvais côté de l’histoire », le porte-parole iranien a indiqué que Téhéran adressait un message aux Etats-Unis : ils doivent « retourner au sein de la communauté internationale, de (respecter) leurs engagements, d’arrêter de se rebeller et le monde les acceptera ». D’après Mike Pompeo, les sanctions sont « à nouveau en vigueur » depuis samedi 20h00 (00h00 GMT dimanche).

Il a utilisé pour cela une procédure controversée, surnommée « snapback », permettant de rétablir toutes les sanctions onusiennes. Elles ont été levées en vertu de l’accord international conclu en 2015 mais dont le président américain Donald Trump a retiré les Etats-Unis en 2018.