Donald Trump reconnaît qu’il avait « tout planifié pour éliminer Assad » en 2017

GEOPOLITIQUE Le président américain assure que son secrétaire à la Défense de l'époque, le général Mattis, s'y est opposé

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump et le secrétaire à la Défense Jim Mattis lors d'une réunion avec les généraux des Joint chiefs of staff à la Maison Blanche, le 23 octobre 2018.
Donald Trump et le secrétaire à la Défense Jim Mattis lors d'une réunion avec les généraux des Joint chiefs of staff à la Maison Blanche, le 23 octobre 2018. — Manuel Balce Ceneta/AP/SIPA

« J’aurais préféré l’éliminer. J’avais veillé à ce que tout soit planifié. » Mardi, le président américain a reconnu avoir envisagé d’assassiner Bachar al-Assad après l’attaque chimique contre des civils attribuée au régime syrien en avril 2017.

Dans une interview accordée à Fox News mardi matin, Donald Trump a assuré que c’est son ex-secrétaire à la Défense, Jim Mattis, qui s’y est opposé. « Mattis ne voulait pas le faire. Mattis était un général largement surestimé, et je m’en suis séparé », a précisé Donald Trump.

« Pas de regret »

Finalement, Washington avait riposté en tirant plusieurs dizaines de missiles Tomahawks contre une base militaire syrienne. En septembre 2018, le président américain avait au contraire affirmé n’avoir jamais évoqué avec son chef du Pentagone l’éventuel assassinat de Bachar al-Assad, démentant la version rapportée par le journaliste Bob Woodward dans son livre Fear. Donald Trump assure qu’il s’était préparé aux deux scénarios et n’a « pas de regret ».

Jim Mattis avait annoncé le 20 décembre 2018 qu’il quittait son poste, critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump après l’annonce du retrait des troupes américaines en Syrie.