Crise du gaz: «Il faut contractualiser les relations entre la Russie et l'Ukraine»

INTERVIEW Catherine Locatelli est chargée de recherches au CNRS...

Maud Descamps

— 

"Un certain nombre d'Etats ont enregistré des variations des volumes reçus" mais une partie des problèmes ont été "résolus", a expliqué le porte-parole pour les questions énergétiques Ferran Tarradellas.
"Un certain nombre d'Etats ont enregistré des variations des volumes reçus" mais une partie des problèmes ont été "résolus", a expliqué le porte-parole pour les questions énergétiques Ferran Tarradellas. — null AFP
>> La crise du gaz: l'Union Européenne s'en mêle

La crise du gaz entre la Russie et l'Ukraine n'est pas nouvelle, pourquoi ce différend ressurgit-il?

Il y a déjà eu une crise du gaz entre la Russie et l'Ukraine en 2006. Le problème porte essentiellement sur le prix du gaz que la Russie veut augmenter. C'est la non-signature d'un contrat début janvier entre les deux pays qui a fait resurgir le problème. Jusqu'à l'éclatement du bloc soviétique, dont faisait partie l'Ukraine, la Russie entretenait des relations de troc avec ses voisins. Depuis le début des années 2000, la Russie veut mettre fin à ce système et contractualiser ses relations commerciales. Cette contractualisation passe donc par une mise à niveau du prix du gaz qui correspond au prix du marché. La Russie n'a plus de raison de faire de prix d'ami à l'Ukraine. Elle souhaite donc, aujourd'hui, rendre plus transparentes ses relations commerciales et que l'Ukraine paye le prix du marché comme le font déjà les autres pays.
 
Peut-il y avoir des conséquences politiques et économiques de cette crise?

Je trouve qu'il y a une trop grande politisation de ce conflit. Il s'agit d'un conflit commercial. On tape sur la Russie mais c'est l'Ukraine qui refuse de normaliser les relations. La Russie joue gros dans cette crise car elle n'a pas d'autres pays vers qui exporter. Depuis plusieurs années, la Russie développe une stratégie de diversification des voies d'exportations du gaz. Notamment, elle souhaite construire un gazoduc allant directement en Allemagne afin d'éviter, comme c'est le cas avec l'Ukraine, de devoir passer par des pays de transit. Il existe une interdépendance forte entre la Russie et l'Europe autour du gaz. L'enjeu est donc majeur.

Quel rôle peut jouer l'Union européenne dans ce conflit?

Bien que ce problème soit avant tout bilatéral, il faut que l'Union européenne soutienne ce processus de contractualisation des relations commerciales afin d'accroître la transparence de ces échanges. Jusqu'à présent les ventes de gaz entre les deux pays ont été très opaques. Bien sûr, on comprend que l'Ukraine soit réticente à l'idée de payer plus cher. Cela aura des retombées sur son économie, mais on ne peut pas aller contre plus de transparence dans les échanges commerciaux.