Monaco : Il n'y aura pas de Festival international du cirque de Monte-Carlo en 2021

CRISE SANITAIRE « C’était le prudent et le plus logique pour ne pas annuler au dernier moment », avance la princesse Stéphanie

F.Bi. avec AFP

— 

La Princesse Stéphanie de Monaco donne à manger à une girafe, en janvier 2018 au Festival international du cirque de Monte-Carlo (Illustration)
La Princesse Stéphanie de Monaco donne à manger à une girafe, en janvier 2018 au Festival international du cirque de Monte-Carlo (Illustration) — C. Paris / AP / Sipa

Prévu en janvier 2021 et déjà annulé. Il n’y aura pas de dompteur, ni d’acrobates ou de clowns : le Festival international du cirque de Monte-Carlo a été annulé et sa 45e édition reportée à 2022 en raison de la situation sanitaire, a indiqué le gouvernement princier.

C’est la troisième fois depuis sa création en 1974 que ce festival ne se déroule pas comme prévu, comme cela avait été le cas après le décès accidentel de la princesse Grace, en 1982, et durant la guerre du Golfe, en 1991.

« On n’avait pas d’autre choix, explique le directeur du festival Urs Pilz. Ce n’est pas juste un spectacle de cirque, mais au moins 20 nations, plus de 200 artistes, de grandes délégations. On ne pouvait pas s’engager dans l’organisation dans cette situation incertaine avec tellement de problèmes de transport. »

« On appréciera encore plus le 45e festival »

« C’était le prudent et le plus logique pour ne pas annuler au dernier moment. On appréciera encore plus le 45e festival, car il se sera fait attendre un an », a déclaré la princesse Stéphanie, présidente de la manifestation.

Outre le casse-tête du transport, il y avait aussi une incertitude quant à la participation du public sous le chapiteau, environ 3.000 spectateurs que la présence d’animaux exotiques ne rebute pas, même si la 44e édition ne comptait pas d’otaries, d’éléphants ou de girafes, juste un numéro russe de tigres blancs et une cavalerie suisse centenaire.

Pour la Principauté de Monaco, les retombées directes avoisinent les cinq millions d’euros en frais d’hôtels, techniciens sons ou lumière, et sécurité.