Ile Maurice : Nouvelle manifestation contre la gestion par le gouvernement de la marée noire

ENVIRONNEMENT Le Premier ministre a jugé n'avoir commis aucune erreur et a refusé de présenter des excuses

Bérénice Dubuc
— 
Les manifestants dans les rues de Mahébourg, à l'Ile Maurice, le 12 septembre 2020, dénoncent la gestion par le gouvernement de la marée noire qui a souillé en août les côtes.
Les manifestants dans les rues de Mahébourg, à l'Ile Maurice, le 12 septembre 2020, dénoncent la gestion par le gouvernement de la marée noire qui a souillé en août les côtes. — Fabien Dubessay / AFP

Plus de 20.000 personnes ont manifesté ce samedi à Mahébourg , au sud-est de l'Ile Maurice, pour dénoncer la gestion par le gouvernement de la marée noire qui a souillé en août les côtes.

Une foule brandissant des drapeaux et entonnant des slogans a défilé dans la ville côtière, où le vraquier japonais Wakashio s'est échoué le 25 juillet, laissant échapper au moins 1.000 tonnes de fioul qui ont défiguré la côte - notamment des espaces protégés abritant des forêts de mangrove et des espèces menacées - et pollué les eaux cristallines prisées des touristes.

La police a estimé à 25.000 le nombre de participants, mais les organisateurs en revendiquaient au moins le double.

La pire catastrophe environnementale du pays

Les manifestants reprochent au Premier ministre, Pravind Jugnauth, et à son gouvernement de ne pas avoir agi assez rapidement pour empêcher la pire catastrophe environnementale de l'histoire de ce pays d'1,3 million d'habitants. «Il doit partir», scandaient ce samedi les manifestants en référence au Premier ministre, en réclamant également la démission du gouvernement.

«Nous sommes ici pour appeler le gouvernement à faire ses bagages et à partir. Le peuple n'a plus confiance dans ce gouvernement», a ainsi déclaré Marie, une manifestante qui n'a pas souhaité indiquer son patronyme. Le naufrage du Wakashio «illustre l'incompétence du gouvernement», a estimé Bruno Laurette, un des organisateurs de la manifestation, dénonçant «une négligence criminelle qui a eu impact sur la faune et la flore de notre pays».

Pas d'excuses

Le 29 août, une manifestation d'une ampleur exceptionnelle avait rassemblé des dizaines de milliers de Mauriciens, descendus dans les rues de Port-Louis pour dénoncer la gestion par le gouvernement de la marée noire. Entre 50.000 et 75.000 personnes selon les estimations des organisateurs et de la presse locale - avaient pris d'assaut la place de la cathédrale, en plein coeur de la capitale. Aucun rassemblement n'avait réuni autant de monde sur l'île depuis le meeting ayant suivi la victoire de l'opposition aux législatives de 1982.

Maurice, archipel de l'océan Indien, dépend de ses eaux pour sa sécurité alimentaire, basée sur la pêche, et pour l'écotourisme, dans une zone qui compte parmi les plus beaux récifs coraliens du monde. Le Premier ministre, au pouvoir depuis 2017, a jugé n'avoir commis aucune erreur et a refusé de présenter des excuses.