Grèce : Le Premier ministre appelle l’UE à faire de la « crise migratoire » une priorité

SOLIDARITE Une initiative franco-allemande va permettre l'accueil dans l'UE de migrants mineurs du camp grec incendié de Moria

20 Minutes avec AFP

— 

Sur l'île de Lesbos en Grèce
Sur l'île de Lesbos en Grèce — Petros Giannakouris/AP/SIPA

Des milliers de demandeurs d’asile sans nourriture et sans eau erraient jeudi près du camp de Moria sur l'île de Lesbos, ravagé par deux incendies consécutifs, le gouvernement grec peinant à leur venir en aide. Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a alors exhorté dans la journée l' Union européenne à placer la crise migratoire au cœur de ses préoccupations.

« L’Europe doit passer des paroles de solidarité à une politique d’actes de solidarité. Nous devons mettre la crise migratoire au cœur de nos discussions et être beaucoup plus concrets », a-t-il déclaré lors d’un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays du sud de l’Europe sur l’île française de Corse. « Nous devons mettre la crise migratoire au cœur de nos priorités, devenir beaucoup plus concrets et efficaces », a-t-il encore déclaré, rappelant que « la Grèce et d’autres pays du sud sont aujourd’hui face à une crise extrêmement lourde et difficile à affronter ».

Paris et Berlin se mobilisent ensemble

Emmanuel Macron avait auparavant assuré que la crise migratoire « sera au cœur de l’agenda européen des prochaines semaines », affirmant que « l’impasse n’a que trop duré sur les sujets migratoires ».

Il a rappelé que l’Allemagne et la France avaient proposé, après l’incendie de Moria, la prise « en charge des mineurs non accompagnés, en particulier pour là aussi participer, comme il se doit, à cette solidarité européenne ».

« L’Allemagne et la France vont y participer, j’espère aussi d’autres Etats membres », avait déclaré de son côté Angela Merkel lors d’une conférence à Berlin, estimant aussi que le drame du camp de Moria doit pousser les pays de l’UE à « enfin » aboutir à une politique migratoire commune. La chancelière n’a pas directement précisé le nombre de jeunes concernés. Mais elle a fait référence à un groupe de mineurs transférés de l’île de Lesbos à la Grèce continentale, qui s’élève selon l’Organisation mondiale pour les migrations à 406 jeunes non accompagnés.

Une centaine de migrants accueillie aux Pays-Bas

Les Pays-Bas ont proposé dans la foulée d’accueillir une centaine de migrants, pour moitié mineurs. « Le gouvernement néerlandais est ouvert à une demande de la Grèce pour accueillir un contingent de mineurs et de familles après les terribles événements dans le camp grec de Moria », a déclaré le vice-ministre à la Justice et la Sécurité Ankie Broekers-Knol, dans un communiqué.