Tensions en Méditerranée : La Turquie dénonce les déclarations « arrogantes » d’Emmanuel Macron

DIPLOMATIE Emmanuel Macron a exhorté jeudi l’Europe à parler d’une seule voix et à se montrer « ferme » face à la Turquie en Méditerranée orientale

20 Minutes avec AFP

— 

Le président Turc Recep Tayyip Erdogan
Le président Turc Recep Tayyip Erdogan — Adem ALTAN / AFP

Après les critiques d’Emmanuel Macron sur les actions d’Ankara en Méditerranée orientale, la Turquie a dénoncé, ce jeudi, les déclarations « arrogantes » du président français, l’accusant de « mettre en péril » les intérêts de l’Europe.

« Le président français Macron a encore une fois fait des déclarations arrogantes, dans un vieux réflexe colonialiste », a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères, ajoutant que le chef d’Etat français « favorise les tensions et met en péril les intérêts de l’Europe et de l’Union européenne ».

« Le peuple turc qui est un grand peuple mérite autre chose »

Emmanuel Macron a exhorté jeudi l’Europe à parler d’une seule voix et à se montrer « ferme » face à la Turquie en Méditerranée orientale, à quelques heures d’un sommet avec ses homologues du sud de l’UE sur les tensions dans la zone. « L’Europe doit avoir une voix plus unie et plus claire » face à la Turquie, a déclaré le chef de l’Etat à Porticcio en Corse, île française de la Méditerranée.

« Nous, Européens, devons être clairs et fermes avec le gouvernement du président (Recep Tayyip) Erdogan qui aujourd’hui a des comportements inadmissibles », et doit « clarifier ses intentions », a-t-il martelé, alors qu’il n’y a pas de position unie européenne sur le sujet. Dans une apparente allusion aux actions du gouvernement turc et leurs conséquences, il a aussi affirmé que « le peuple turc qui est un grand peuple mérite autre chose ».

« La France devrait adopter une position favorisant la réconciliation et le dialogue »

« Macron attaque la Turquie et notre président chaque jour parce que nous déjouons ses projets insidieux et ses sales jeux en matière de politique étrangère », a ajouté le ministère turc. « Au lieu de poser aveuglément comme l’avocat de la Grèce et des Chypriotes-grecs (..), la France devrait adopter une position favorisant la réconciliation et le dialogue », a-t-il poursuivi.

Les propos d’Emmanuel Macron selon lesquels le peuple turc « mérite autre chose » semblent avoir été perçus par Ankara comme une tentative de dresser le peuple turc contre le président Erdogan. « Notre président de la République est un des leaders élus avec le plus grand pourcentage des votes en Europe. Notre président a toujours tiré sa force du peuple turc. Le peuple turc et son gouvernement ont toujours été unis face à ce genre de délire et vont continuer de l’être », a affirmé le ministère des Affaires étrangères.