Coronavirus au Royaume-Uni : L’examen de la demande d’extradition américaine de Julian Assange suspendu

COVID-19 La compagne de l’un des avocats de Julian Assange présente des symptômes du coronavirus

20 Minutes avec AFP

— 

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks
Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks — BEN STANSALL / AFP

La compagne de l’un des avocats de Julian Assange présentant des symptômes du  coronavirus, la justice britannique a suspendu, ce jeudi jusqu’à lundi, l’examen de la demande américaine d’extradition du fondateur de WikiLeaks.

« Dans la mesure où la situation est incertaine, l’audience est suspendue », a déclaré la juge Vanessa Baraister.

Julian Assange inquiet de contracter le virus

Julian Assange est poursuivi notamment pour espionnage aux Etats-Unis, où il risque 175 ans de prison, pour avoir diffusé à partir de 2010 plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

La plupart des avocats des deux parties ont suivi les débats par visioconférence jeudi, dans l’attente des résultats du test, attendus vendredi. L’Australien de 49 ans, qui n’était pas présent jeudi, a exprimé, à plusieurs reprises, son inquiétude de contracter le virus dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, près de Londres, où il est détenu.

L’examen de la demande déjà interrompu en février

« Nous ne devrions pas être ici aujourd’hui, cela représenterait un risque pour notre client », a déclaré Edward Fitzgerald, l’un des avocats d’Assange. Les conseils du gouvernement américain ont convenu qu’il serait inéquitable à l’égard du fondateur de WikiLeaks de poursuivre sans qu’il ne puisse assister à l’audience en personne et ont soutenu la décision de la suspendre.

Après quatre jours d’audience en février, l’examen de la demande d’extradition d’Assange à repris lundi à Londres pour trois à quatre semaines, après une interruption prévue mais prolongée par le coronavirus.