Vaccin contre le coronavirus : AstraZeneca met en pause son essai clinique après de possibles effets secondaires chez un patient

SANTE Selon le site spécialisé StatNews, un participant au Royaume-Uni a été victime d’effets secondaires indésirables, et un audit est en cours pour déterminer s’ils sont liés au vaccin

P.B. avec AFP

— 

Illustration d'un chercheur travaillant sur le vaccin contre le Covid-19.
Illustration d'un chercheur travaillant sur le vaccin contre le Covid-19. — Mathieu Pattier/SIPA

Peu de détails sont pour l’instant disponibles. Le laboratoire AstraZeneca a annoncé mardi qu’il mettait en pause les essais cliniques de son vaccin expérimental contre le coronavirus développé en partenariat avec l’université d’Oxford, qui venait de démarrer sa phase 3 dans plusieurs pays. Selon le laboratoire, il s’agit « d’une action de routine qui se produit quand il y a une possible maladie inexpliquée lors d’un essai clinique ».

Selon le site spécialisé StatNews, c’est un participant au Royaume-Uni qui a été victime d’effets secondaires indésirables. Ils sont sérieux mais il devrait se rétablir. Une source du New York Times indique qu’il a développé une myélite transverse, une inflammation de la moelle épinière qui peut être causée par une infection virale. On ne sait pas pour l’instant si elle a été causée par le vaccin. AstraZeneca précise qu’un audit indépendant va avoir lieu dès que possible afin de le déterminer.

L’un des projets de vaccins les plus avancés

« On a besoin de plus de détails. En se basant sur l’annonce, je ne suis pas alarmé », a réagi sur Twitter Faheem Younus, chef des maladies infectieuses à l’hôpital de l’université du Maryland. « Des effets secondaires, des pauses et des redémarrages [dans un essai clinique] font partie d’un processus prudent », estime-t-il.

Le vaccin d’AstraZeneca est l’un des projets occidentaux les plus avancés, testé sur des dizaines de milliers de volontaires au Royaume-Uni, au Brésil, en Afrique du Sud et, depuis le 31 août, les Etats-Unis, dans ce qu’on appelle la phase 3 des essais, la dernière, devant vérifier sécurité et efficacité.

Selon la durée des investigations, cela pourrait avoir un impact sur le calendrier serré du développement. Le ministre de la Santé britannique avait dit lundi espérer des résultats des essais d’AstraZeneca d’ici la fin de l’année ou le début de 2021. Le laboratoire a déjà prévendu des centaines de millions de doses à de multiples pays, au cas où son vaccin prouverait son efficacité. Les Etats-Unis, notamment, ont acheté 400 millions de doses, alors que Donald Trump espère pouvoir distribuer un vaccin avant la présidentielle du 3 novembre.