Sarkozy sur la voie des «chemins de la paix»

DIPLOMATIE Présidence tchèque de l'Union européenne en retrait, Conseil de sécurité de l'ONU incapable de trouver un accord sur un appel à la fin des combats, silence assourdissant des Etats-Unis...

A. Le G.

— 

Mieux vaut tard que jamais. « La communauté internationale ne peut pas rester les bras croisés », a affirmé hier Miguel Angel Moratinos, le chef de la diplomatie espagnole. Une position qui tranche avec l'attentisme qui prévalait jusqu'alors dans les Chancelleries occidentales. Présidence tchèque de l'Union européenne en retrait, Conseil de sécurité de l'ONU incapable de trouver un accord sur un appel à la fin des combats... A cela s'ajoute le silence assourdissant des Etats-Unis. A quelques jours de sa prise de fonction, Barack Obama semble peu enclin à prendre la parole. Motif avancé par ses équipes : il n'y a qu'« un président à la fois ». Sauf que l'actuel hôte de la Maison Blanche n'est autre que George W. Bush. Et que sur ce dossier, il est sans doute le moins averti et investi des présidents américains.

Profitant de la brèche, Nicolas Sarkozy, a décidé de prendre l'initiative. Il sera aujourd'hui et demain dans la région pour tenter de « trouver les chemins de la paix ». Galvanisé par six mois de présidence de l'UE au cours desquels il a négocié, au milieu de l'été, un cessez-le-feu entre Russes et Géorgiens, il se verrait bien cette fois-ci arracher une trêve entre l'Etat hébreu et le Hamas. Ces derniers jours, Sarkozy s'est montré hyperactif sur le dossier. Mais Paris, qui n'a pas l'aura de Washington, aura-t-il suffisamment de poids ? Autre handicap : l'absence de canaux de dialogue avec le parti islamiste palestinien, comme avec Téhéran, qui pourrait, à terme, paralyser ses initiatives.

A. le G.


>>> En raison des débordements racistes systématiques, nous nous voyons contraints de fermer les articles traitant des événements de Gaza aux commentaires. Merci de votre compréhension. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à les envoyer au 33320@  20minutes.fr