Roumanie : A cause du prince Charles, la fréquentation d’un petit village a bondi

UNESCO Avec l’afflux de visiteurs depuis plusieurs années, la question de la régulation du tourisme à Viscri pourrait être un sujet majeur lors des prochaines élections municipales

20 Minutes avec agence

— 

Le prince Charles, le 11 mars 2020.
Le prince Charles, le 11 mars 2020. — James Shaw/REX/SIPA

Depuis plus de vingt ans, le prince Charles est tombé amoureux de Viscri, un petit village de Transylvanie, en Roumanie. Après avoir acheté une maison de campagne en 2006, il a multiplié les efforts pour préserver l’architecture de cette commune inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais son amour pour le village génère cependant des nuisances.

La notoriété de Viscri ne cesse d’augmenter et les touristes se font de plus en plus nombreux. Un phénomène qui n’est pas du goût de ses 450 habitants, rapporte la BBC.

Le prix des maisons a quadruplé

Preuve de l’engouement pour cette commune, le nombre de visiteurs de son église est passé de 5.000 en 2005 à 15.000 en 2015, puis à 45.000 en 2019. Cette année, les touristes étrangers ont été moins présents en raison de l’épidémie de coronavirus. Les Roumains, cependant, n’ont pas hésité à faire le déplacement pour découvrir le charme de Viscri.

Mais pour ses habitants, le problème majeur est que les visiteurs viennent, pour la plupart, en voiture. Outre la pollution atmosphérique générée par les véhicules, c’est une pollution visuelle que dénoncent également les riverains, qui doivent faire face à ces voitures garées dans les rues de leur village. La popularité de cette commune a même fait grimper les prix de l’immobilier, qui a quadruplé, selon la BBC. À l’approche des élections municipales, le sujet de la régulation touristique ne cesse de gagner du terrain.