La Turquie débute ses manœuvres militaires en Chypre du Nord

GEOPOLITIQUE Les tensions sont vives entre la Turquie et la Grèce, membres de l’Otan

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de la Défense turque, Hulusi Akar, à bord d'un F-16 de l'armée turque.
Le ministre de la Défense turque, Hulusi Akar, à bord d'un F-16 de l'armée turque. — /AP/SIPA

L’armée turque a débuté dimanche ses manœuvres annuelles en République turque de Chypre du Nord, une entité uniquement reconnue par Ankara, dans un contexte de fortes tensions avec la Grèce en Méditerranée orientale.

La Turquie et la Grèce, toutes deux membres de l'Otan, se déchirent à propos de gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale, depuis que la Turquie y a envoyé le 10 août un navire de prospection sismique accompagné de navires de guerre. Samedi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé la Grèce lors d’une allocution télévisée : « Ils vont comprendre, soit par le langage de la politique et de la diplomatie, soit sur le terrain via d’amères expériences ».

Opération « Orage méditerranéen »

L’Otan avait annoncé cette semaine que les dirigeants grec et turc avaient accepté d’engager des « pourparlers techniques » pour prévenir tout nouvel incident entre leurs marines respectives. Mais la Grèce avait ensuite démenti être prête à participer à des discussions, poussant la Turquie à accuser Athènes de refuser le dialogue.

Dans ce contexte de fortes tensions, l’armée turque a lancé dimanche « Orage méditerranéen », des manœuvres effectuées en collaboration avec les forces de sécurité de Chypre du Nord, a écrit le vice-président turc Fuat Oktay sur Twitter. « Les impératifs sécuritaires de notre pays et de la RTCN (République turque de Chypre du Nord) sont incontournables », selon Fuat Oktay.

Le ministère turc de la Défense a tweeté que les exercices, prévus pour durer jusqu’à jeudi, étaient « un succès ». L’île de Chypre est divisée en deux : au sud, la République de Chypre, un Etat membre de l’Union européenne, et la RTCN au nord.

La Turquie a installé dans le nord de l’île des dizaines de milliers de soldats depuis son invasion en 1974, qui faisait suite à un coup d’Etat mené par la dictature militaire grecque alors au pouvoir à Athènes.