Biélorussie : La mobilisation contre Alexandre Loukachenko s’intensifie malgré la répression

CRISE POLITIQUE Comme chaque dimanche les opposants au régime ont défilé dans les rues de Minsk. Mais avec plus 100.000 personnes, le cortège était plus imposant que d’habitude

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation contre le pouvoir biélorusse, à Minsk le 6 septembre 2020.
Manifestation contre le pouvoir biélorusse, à Minsk le 6 septembre 2020. — Sergei Bobylev/TASS/Sipa USA/SIP

En Biélorussie, le bras de fer entre le président Alexandre Loukachenko et la rue continue. Les Biélorusses ont de nouveau répondu en masse dimanche à l’appel de l’opposition pour défiler à Minsk contre le régime. Ils avaient pourtant face à eux un impressionnant déploiement des forces de l’ordre et de l’armée. D’autres manifestations se sont tenues dans de nombreuses villes du pays, notamment à Grodno (ouest) ou Brest (ouest) où des arrestations ont eu lieu.

Le président refuse le dialogue

Plus de 100.000 personnes ont rejoint le centre-ville de la capitale par cortèges avant de se réunir devant le palais de l’Indépendance, siège de la présidence. La foule était plus imposante encore que lors des précédents dimanches. Pour autant, le chef de l’Etat de 66 ans, au pouvoir depuis 26 ans et dont la réélection du 9 août est contestée, continue d’exclure tout dialogue et recherche le soutien de Moscou.

Parfois au son des tambours, toujours drapés des couleurs rouges et blanches de l’opposition, les manifestants sont partis en début d’après-midi des différents quartiers de Minsk pour se réunir progressivement, criant des slogans comme « Tribunal ! » ou « Combien vous payent-ils ? » à destination des forces de l’ordre. « Malgré la pluie et les pressions des autorités, malgré la répression, beaucoup plus de gens sont venus à Minsk que dimanche dernier », a déclaré une figure majeure de l’opposition, Maria Kolesnikova : « Je suis convaincue que les manifestations continueront jusqu’à ce que nous gagnions ».

Des voitures blindées de la police arrêtent la tête du cortège des opposants au régime biélorusse, à Minsk le 6 septembre 2020.
Des voitures blindées de la police arrêtent la tête du cortège des opposants au régime biélorusse, à Minsk le 6 septembre 2020. - Natalia Fedosenko/TASS/Sipa USA/

Les forces de l’ordre déployées en masse

Comme la semaine dernière, les forces de l’ordre avaient été déployées en masse, avec l’armée et des véhicules blindés autour de bâtiments stratégiques. Les stations de métro étaient fermées avec des barrières et des barbelés. Environ 250 personnes ont été arrêtées dans le pays dont près de 175 à Minsk, selon l’ONG Viasna. La porte-parole du ministère de l’Intérieur a refusé de confirmer de tels chiffres. En début de soirée, alors que les manifestants évacuaient progressivement les environs du palais de l’Indépendance, des images montraient des hommes cagoulés, en civil et armés de matraques circulant dans le centre-ville et pourchassant des manifestants.

Alexandre Loukachenko, qui avant l’élection n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer les tentatives de « déstabilisation » de Moscou, dénonce désormais un « complot » occidental et fait tout pour se rapprocher de la Russie. Moscou a intensifié son soutien avec la visite à Minsk jeudi de son Premier ministre Mikhaïl Michoustine, le premier déplacement de ce niveau depuis le début de la crise.