Portland: Soupçonné d'avoir tué un manifestant d'extrême droite, un militant antifa abattu par la police

ETATS-UNIS Selon les forces de l'ordre, l'homme, qui était soupçonné d'avoir tué un militant d'extrême droite samedi dernier, a sorti une arme au moment de son interpellation

P.B.

— 

Un policier à Portland sur les lieux où un militant antifa a été tué par la police lors de son interpellation le 3 septembre 2020.
Un policier à Portland sur les lieux où un militant antifa a été tué par la police lors de son interpellation le 3 septembre 2020. — Ted Warren/AP/SIPA

Leur rencontre leur a été fatale. A Portland, les manifestations antiracistes ont été marquées ces dernières semaines par des affrontements violents entre des groupes d’extrême droite venus défier des partisans du mouvement Black Lives Matters, eux-mêmes soutenus par des militants d’extrême gauche. Jeudi soir, un militant antifa recherché depuis cinq jours pour avoir tué un membre du groupe Patriot Prayer, samedi dernier, a été abattu par la police lors de son interpellation. Quelques heures plus tôt, Donald Trump avait exigé que « ce tueur » soit arrêté.

Dans une interview à Vice News publié plus tôt jeudi, Michael Reinoehl, 48 ans, se décrivait comme un « antifa à 100 % ». Il expliquait avoir servi dans l’armée et assurer la « sécurité » des manifestants du mouvement Black Lives Matter face à la menace de groupuscules et de milices armées d’extrême droite qui s’organisent ces dernières semaines, principalement à Kenosha et Portland. Reinoehl semblait reconnaître avoir tué Aaron Danielson, 39 ans, membre d’un groupe local d’extrême droite, les Patriot Prayer, et sous-entendait avoir agi en situation de légitime défense, affirmant : « Je n’avais pas le choix. Enfin si, j’aurais pu rester sans rien faire et les regarder tuer un de mes amis de couleur. »

Le déroulé des événements pas éclairci par les vidéos

Reinoehl assure qu’un des militants d’extrême droite avait un couteau. Plusieurs membres des Patriot Prayer, ont eu affirmé qu’ils n’avaient que des pistolets à peinture et des canettes de spray irritant. Plusieurs vidéos du drame ont été mises en ligne sur les réseaux sociaux. Mais une analyse séquence par séquence du Washington Post ne permet pas de déterminer avec certitude le déroulé du drame.

Des militants du groupe d'extrême droite Patriot Prayer équipés de pistolets à peinture lors d'une manifestation à Portland le 22 août 2020.
Des militants du groupe d'extrême droite Patriot Prayer équipés de pistolets à peinture lors d'une manifestation à Portland le 22 août 2020. - Alex Milan Tracy/Sipa USA/SIPA

L’affaire a vite pris un tournant politique. « Je ne tolérerai pas que Patriot Prayer et des suprémacistes blancs armés fassent couler du sang dans nos rues », a dénoncé la gouverneure démocrate de l’Oregon, Kate Brown, citant en exemple le militant pro-Trump de 17 ans accusé d’avoir tué deux personnes à Kenosha. Le président américain, à l’inverse, a rendu hommage Aaron Danielson, assurant que c’était « un homme pieu » qui avait « de la peinture pour se défendre ».