Coronavirus : Viktor Orban défend sa politique de fermeture, « la plus réussie en Europe »

EPIDEMIE Le Premier ministre hongrois a rejeté vendredi les critiques de la Commission européenne envers la fermeture de ses frontières

20 Minutes avec AFP

— 

Viktor Orban
Viktor Orban — FREDERICK FLORIN / AFP

Viktor Orban défend sa politique contre l’épidémie. Le Premier ministre hongrois a rejeté vendredi les critiques de la Commission européenne envers la fermeture de ses frontières visant à endiguer le coronavirus et a prédit l’adoption de mesures similaires ailleurs sur le continent.

« Les bureaucrates de Bruxelles peuvent dire ce qu’ils veulent mais – en toute modestie – nous les verrons suivre notre politique dans quelques jours, sans quoi ils n’ont aucune chance d’arrêter l’épidémie », a déclaré Orban à la radio publique hongroise.

« Notre défense contre le coronavirus a été la plus réussie en Europe »

Mardi, le gouvernement hongrois, souvent en conflit avec la Commission européenne, a interdit les entrées sur son territoire aux non-résidents jusqu’à la fin du mois de septembre, afin de tenter d’enrayer la hausse du nombre des contaminations par le nouveau coronavirus.

« N’oublions pas que notre défense contre le coronavirus a été la plus réussie en Europe », a déclaré Viktor Orban, prenant la Suède, où selon lui près de 10 fois plus de personnes sont mortes du coronavirus, en contre-exemple.

Il a fait une exception pour les touristes tchèques, polonais et slovaques ayant déjà programmé un déplacement en Hongrie, mettant en avant la facilité de la coordination avec ces pays qui tentent d’aligner leur position face à Bruxelles sur certains sujets, notamment celui de la politique migratoire.

La difficile coordination européenne contre le virus

Le même jour, la Commission européenne a mis en garde Budapest contre toute discrimination basée sur la nationalité et a rappelé l’importance de « l’intégrité de l’espace Schengen ». La Hongrie compte 9,8 millions d’habitants. Vendredi, elle avait enregistré moins de 7.400 cas de contamination à la maladie Covid-19. 621 décès sont officiellement imputés à la pandémie.

Depuis la fin du mois d’août, le nombre de nouveaux cas d’infection a grimpé en flèche, avec un record quotidien de 459 cas enregistrés vendredi. Face aux restrictions de mouvement prises en ordre dispersé par les Etats membres, la Commission prône une coordination entre les 27 et une harmonisation des critères pour définir les zones à risques.