Présidentielle américaine : A Kenosha, Joe Biden s’entretient avec Jacob Blake et prêche la réconciliation

ETATS-UNIS Le candidat démocrate a suivi Donald Trump sur le terrain et il a tenté de se démarquer du ton sécuritaire du président américain

20 Minutes avec AFP

— 

Joe Biden s'est notamment rendu dans une église de Kenosha, dans le Wisconsin, le 3 septembre 2020.
Joe Biden s'est notamment rendu dans une église de Kenosha, dans le Wisconsin, le 3 septembre 2020. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

La bataille à distance continue entre Joe Biden et Donald Trump. Jeudi, le candidat démocrate a dénoncé jeudi le « racisme sous-jacent » qui ronge selon lui les Etats-Unis, tout en martelant son « optimisme » pour l’avenir après s’être entretenu avec Jacob Blake, un Afro-Américain grièvement blessé par la police il y a deux semaines. Donald Trump, lui, était en Pennsylvanie, où il s’est notamment moqué de son adversaire sur le port du masque.

Prenant le contre-pied du message sécuritaire et sombre de son rival, Donald Trump, l’ancien vice-président de Barack Obama a affirmé que le pays pouvait transformer ce « point d’inflexion » en « opportunité » pour plus d'« égalité » et pour « la réconciliation ».

Rencontre dans une église

Lors d’une rencontre dans une église avec des habitants de Kenosha, ville de l’Etat-clé du Wisconsin récemment secouée par des émeutes, son ton sobre, lent, derrière son masque, a aussi tranché avec les envolées souvent ardentes du président républicain.

L’ancien vice-président et son épouse Jill Biden ont eux rencontré la famille de Jacob Blake, 29 ans, touché par sept balles tirées à bout portant, devant ses enfants, le 23 août. Une interpellation filmée qui a ravivé le mouvement historique de protestation contre le racisme et les violences policières aux Etats-Unis, et provoqué trois nuits d’émeutes à Kenosha. Toujours hospitalisé, Jacob Blake est paralysé des pieds à la taille. « J’ai eu l’occasion de passer du temps avec Jacob au téléphone », a confié Joe Biden. « Il a dit que rien ne pouvait avoir raison de lui. Qu’il puisse remarcher ou non, il ne lâchera pas ».

Trump se moque du masque de Biden

A deux mois de l’élection présidentielle du 3 novembre, Joe Biden, 77 ans ouvre avec ce voyage une nouvelle phase, plus active, de sa campagne. Alors que le candidat démocrate était resté pendant des semaines confiné chez lui à Wilmington, dans le Delaware, puis avait limité ses déplacements de campagne à la région, pour, disait-il, limiter les risques de propagation du Covid-19, son rival Donald Trump, 74 ans, sillonnait les Etats-Unis.

Le président républicain n’est d’ailleurs pas en reste, avec un discours à Latrobe en Pennsylvanie, un autre de ces Etats pivots qui basculent d’un parti à l’autre. « Pas de foule, pas d’enthousiasme pour Joe aujourd’hui. Loi et Ordre ! », a tweeté Donald Trump en surnommant son rival « Joe Hiden » («Joe le planqué »), ironisant sur son confinement. Sur le tarmac, il s’est également moqué de son adversaire : « Avez-vous déjà vu un homme porter aussi souvent un masque ? Il ne le quitte jamais. Si j’étais un psychiatre, je dirais qu’il a de gros problèmes »

Le président américain avait visité Kenosha dès mardi, mais n’avait pas rencontré la famille, ni cité le nom de Jacob Blake, faisant du rétablissement de l’ordre le coeur de son message.