Coronavirus : Les autorités américaines préparent une possible distribution d’un vaccin d’ici le 1er novembre

SPRINT Donald Trump espère une bonne nouvelle juste avant l'élection, mais de nombreux experts mettent en garde contre toute précipitation

P.B. avec AFP

— 

Illustration d'un projet de vaccin anti Covid-19.
Illustration d'un projet de vaccin anti Covid-19. — SOPA Images / SIPA/SIPA

L’opération « Warp speed » continue à toute allure. Les autorités sanitaires américaines ont demandé aux Etats de préparer la distribution à grande échelle d’un vaccin contre le coronavirus d’ici début novembre, soit avant l’élection présidentielle, selon des documents obtenus par plusieurs médias américains.

Les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) « demandent urgemment » que les Etats fassent le nécessaire afin que les centres de distribution d’un futur vaccin puissent être « complètement opérationnels d’ici le 1er novembre 2020 », a écrit leur directeur Robert Redfield, dans une lettre citée par le Wall Street Journal et envoyée aux Etats la semaine dernière.

Avant la fin de la phase 3

Ces derniers jours, plusieurs responsables, notamment l’épidémiologiste Anthony Fauci et le patron de la FDA (Food and Drug administration), Stephen Hahn, ont indiqué qu’ils n’écartaient pas une distribution limitée d’un vaccin avant la fin de la phase 3, si les résultats s’avéraient très prometteurs. Selon la lettre, les premiers à recevoir un vaccin seraient le personnel soignant, les travailleurs en première ligne et les populations à risque (personnes âgées, minorités et détenus).

Donald Trump, qui a promis un vaccin avant la fin de l’année et espère en bénéficier lors de l’élection, n’a pas le pouvoir d’approuver une distribution à la population. C’est la FDA qui décide, et le principal responsable, Peter Marks, a récemment juré qu’il démissionnerait plutôt que de céder à des pressions s’il estime que la sécurité des Américains est menacée.