Israël a poursuivi vendredi, pour le 7e jour consécutif, ses bombardements aériens de la bande de Gaza, qui ont tué la veille un des chefs du mouvement islamiste Hamas et fait au moins 420 morts depuis le déclenchement de l'opération israélienne le 27 décembre
Israël a poursuivi vendredi, pour le 7e jour consécutif, ses bombardements aériens de la bande de Gaza, qui ont tué la veille un des chefs du mouvement islamiste Hamas et fait au moins 420 morts depuis le déclenchement de l'opération israélienne le 27 décembre — Menahem Kahana AFP

PROCHE-ORIENT

Septième jour d'offensive: Bush appelle à faire pression sur le Hamas... Qui menace Israël d'un «destin sombre» en cas d'attaque au sol...

L'armée israélienne a achevé ses préparatifs en vue d'une possible offensive terrestre à Gaza...

Israël a poursuivi vendredi ses bombardements aériens de la bande de Gaza, qui ont tué la veille un des chefs du mouvement islamiste Hamas et fait au moins 420 morts depuis le déclenchement de l'opération israélienne le 27 décembre.

>> Les clefs pour comprendre le conflit au Proche-orient, ici...

0h12 Bush appelle à faire pression de tous les côtés sur le Hamas

Le président américain (pour encore trois semaines) a exhorté vendredi tous ceux qui le peuvent à faire pression sur le Hamas pour que l'organisation cesse ses tirs sur Israël et permette un cessez-le-feu qui «signifie quelque chose».

Il s’agit des premières déclarations de Bush sur la crise. Dans son allocution radiophonique hebdomadaire dont la Maison Blanche a publié le texte avant la diffusion samedi, il a imputé au Hamas l'entière responsabilité de la situation actuelle et a refusé un «cessez-le-feu unilatéral» qui ne serait pas assorti de mécanismes de contrôle et qui permettrait au Hamas de continuer ses tirs de roquettes sur Israël à partir de la bande de Gaza.

 

22h27 : Le Hamas «ne capitulera pas»
Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a affirmé vendredi que son mouvement «ne capitulerait pas» et prévenu qu'un «destin sombre» attendait Israël en cas d'offensive terrestre.

«Vous nous avez imposé la guerre. Nous vous disons que nous sommes prêts, que le Hamas n'a rien perdu de ses capacités militaires et que nous vaincrons», a-t-il dit sur la chaîne Al-Jazira, en s'adressant aux dirigeants israéliens.

«Si vous commettez la stupidité de lancer une offensive terrestre, un destin sombre vous attendra à Gaza. Ce sera là votre malédiction, la colère de Dieu tombera sur vous", a encore déclaré le dirigeant islamiste, qui vit en exil à Damas.
 

21h00: Nouvelles attaques de l'aviation israélienne sur la bande de Gaza
Une personne a été tuée, quatre autres blessées, selon des sources médicales et des témoins, lors de la frappe sur une maison de Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza. Plus tôt dans la soirée, une première attaque avait eu lieu dans le sud de la bande contre l'aéroport
de Rafah au cours de laquelle un Palestinien a été grièvement blessé, selon des témoins. Des avions F16 ont lancé trois missiles contre l'aéroport de Rafah.

20h45: L'avertissement de Khaled Mechaal, le chef en exil du Hamas
Sur la chaîne satellitaire Al-JaziraIl a répété que son mouvement «ne capitulerait pas» face aux opérations israéliennes. «Vous nous avez imposé la guerre. Nous vous disons que nous sommes prêts, que le Hamas n'a rien perdu de ses capacités militaires et que nous vaincrons», a grondé Mechaal. «Si vous commettez la stupidité de lancer une offensive terrestre, un destin sombre vous attendra à Gaza. Ce sera là votre malédiction, la colère de Dieu tombera sur vous», a encore déclaré le dirigeant islamiste, qui vit à Damas.

19h45: Deux journalistes d'Al-Jazira interpellés en zone militaire interdite
«Ils ont été interpellés près du point de passage de Kissoufim et ont ensuite été remis à la police. Une enquête est en cours», a précisé le porte-parole de la police israélienne Micky Rosenfeld. Depuis le début de l'offensive militaire israélienne le 27 décembre, l'armée a établi une zone tampon de plusieurs kilomètres le long de la bande de Gaza, empêchant l'approche de la zone frontalière à quiconque y compris aux journalistes.

Les déplacements sont extrêmement restreints. Israël devrait bientôt autoriser huit journalistes étrangers à se rendre à Gaza, selon l'Association de la Presse étrangère (FPA).

18h30: Bachar al-Assad renouvelle ses appels à l'ONU pour un cessez-le-feu
Le président syrien Bachar al-Assad à Gaza, a eu un entretien téléphonique avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le deuxième depuis le déclenchement de l'opération israélienne le 27 décembre.Il a pressé l'ONU et son Conseil de sécurité d'«agir pour contraindre Israël à cesser immédiatement son agression» dans la bande de Gaza.

17h25: L'envoyé spécial de l'ONU appelle à nouveau au cessez-le-feu
«Nous devons d'abord parvenir à un cessez-le-feu. C'est la condition sine qua non pour que les choses bougent» a expliqué Robert Serry au cours d'une conférence de presse. «Ce cessez-le-feu doit être total et totalement respecté par les parties», a-t-il dit, estimant qu'Israël et le Hamas devaient tirer les leçons de la trêve fragile de six mois qui s'est effondrée le 19 décembre.

16h30: Le Pam dénonce une situation alimentaire «épouventable»
Le Programme alimentaire mondial (Pam) a dénoncé une situation alimentaire «épouvantable» à Gaza, indiquant qu'il avait lancé un programme «urgent» de distribution de pain. Christine van Nieuwenhuyse, représentante du Pam dans les territoires palestiniens, a estimé que 9 millions de dollars (6,4 millions d'euros) étaient nécessaires «pour répondre aux besoins supplémentaires de nourriture en raison du redoublement d'intensité des combats».

15h55: Condoleezza Rice prône un cessez-le-feu immédiat et durable
La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice a prôné vendredi un cessez-le-feu «le plus rapidement possible» dans la bande de Gaza, mais a souligné que ce cessez-le-feu devait être «durable» et ne pas permettre un retour au «statu quo».

15h52: Réunion des principaux dirigeants israéliens
Le Premier ministre israélien Ehud Olmert et ses principaux ministres ont entamé vendredi une réunion consacrée à l'offensive en cours dans la bande de Gaza. Outre le Premier ministre, le ministre de la Défense, Ehud Barak, le ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, ainsi que les responsables militaires et du renseignement participent à la réunion qui a commencé vers 15 heures locales (14 heures heures françaises) au ministère de la Défense à Tel-Aviv, selon le porte-parole de Ehud Olmert, Mark Regev.

15h40: Une trêve au Proche-Orient, la «principale préoccupation» de Paris

Le premier objectif de la France, qui participera à une intense activité diplomatique dans les prochains jours au Proche-Orient, est de parvenir à une trêve humanitaire à Gaza, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Eric Chevallier. Le président français Nicolas Sarkozy se rendra au Proche-Orient à partir de lundi, tandis que son ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner participera à partir de dimanche à une mission d'une «troïka» européenne. Cette mission sera dirigée par le ministre tchèque des Affaires étrangères Karel Schwartzenberg, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union européenne, et comprendra aussi le Suédois Carl Bildt. Le voyage du président français et cette mission seront «articulés», a assuré le porte-parole français.

14h08: Des heurts entre lanceurs de pierres palestiniens et police israélienne
Des milliers de Palestiniens ont manifesté vendredi contre l'offensive israélienne à Gaza en Cisjordanie et à Jérusalem, où des heurts ont opposé des manifestants aux forces de l'ordre israéliennes. A Jérusalem-Est occupé, où la police israélienne a déployé d'importants renforts et limité l'accès à l'esplanade des Mosquées, près de 3.000 fidèles ont prié dans le calme. Des heurts entre lanceurs de pierres palestiniens et police israélienne ont toutefois éclaté après les prières dans plusieurs quartiers, a constaté un photographe de l'AFP. Par ailleurs, plusieurs dizaines de femmes palestiniennes voilées ont manifesté en sortant par l'une des portes de la villes, brandissant un drapeau vert du Hamas qui a été confisqué par la police, a constaté un correspondant de l'AFP.

14h00: Israël autorise huit journalistes étrangers à entrer dans la bande de Gaza
Israël va autoriser huit journalistes étrangers à se rendre dans la bande de Gaza dont l'accès est interdit à la presse internationale depuis le début de l'offensive contre le Hamas, a indiqué vendredi l'Association de la Presse étrangère (FPA). Cette décision fait suite à une injonction de la Cour Suprême qui a ordonné à l'Etat de permettre à un groupe de huit journalistes d'accéder à la bande de Gaza, selon la FPA qui se fonde sur le texte de l'injonction.

13h50: Des manifestants anti-Israël, à Amman, en Jordanie


REUTERS/Ali Jarekji

13h40: Manifestations à Istanbul contre les raids israélien

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté vendredi à Istanbul pour protester contre les raids israéliens sur la bande de Gaza qui ont provoqué plus de 400 morts, a constaté un photographe de l'AFP. La foule, répondant à l'appel de plusieurs organisations islamistes, s'est rassemblée après la prière du vendredi devant la mosquée de Beyazit, dans le centre historique de la métropole. Les manifestants, qui brandissaient pour certains des drapeaux palestiniens, ont notamment scandé «Israël, assassin, hors de Palestine» et «Musulman, ne dors pas, protège la Palestine».

13h30: trois frères âgés de 7 à 10 ans tués à Gaza
Trois frères âgés de sept à dix ans ont été tués vendredi dans un raid aérien israélien près de leur maison dans le sud de la bande de Gaza, ont indiqué des sources médicales et des témoins.

12h10: Des milliers de manifestants à Ramallah
Des milliers de Palestiniens ont manifesté vendredi à Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie, contre l'offensive israélienne à Gaza. La manifestation, encadrée par un important dispositif de sécurité, à commencé dans le centre de Ramallah après la grande prière du vendredi. Brandissant des drapeaux palestiniens et du Fatah, le parti du président Mahmoud Abbas, ainsi que quelques bannières du Hamas, les manifestants scandaient «nous sommes prêts à sacrifier notre âme et notre sang pour Gaza». Ils criaient aussi des slogans de soutien au Hamas, appelant le Premier ministre du mouvement qui contrôle Gaza, Ismaïl Haniyeh, «à frapper Tel-Aviv».

11h20: L'aviation israélienne distribue des tracts exhortant la population à dénoncer les combattants
L'aviation israélienne a largué sur la bande de Gaza des milliers de tracts exhortant la population palestinienne à lui communiquer les emplacements des combattants du Hamas, ont indiqué vendredi des témoins. «Les lanceurs de roquettes et les éléments terroristes constituent un danger pour vous et pour vos familles», affirme l'armée dans les tracts en arabe. Elle y fournit un numéro de téléphone et une adresse de courrier électronique destinés à recevoir toute information «sur les activités des éléments terroristes». «Pour votre sécurité, nous vous prions de faire preuve de discrétion totale lorsque vous nous contactez», ajoute l'armée dans ses tracts.

10h00: L'Iran demande «l'arrêt immédiat» des attaques à Gaza
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a demandé l'arrêt immédiat des attaques israéliennes contre Gaza et la fin du blocus du territoire palestinien, lors d'un discours à la prière du vendredi. «Nous demandons un cessez-le-feu immédiat, l'arrêt des attaques et l'aide à la population de Gaza ainsi que la fin du blocus et l'ouverture de toutes les frontières, notamment maritimes», a déclaré Manouchehr Mottaki. Il a dénoncé l'action de la marine israélienne qui empêche, «comme les pirates somaliens», l'arrivée de l'aide à la population palestinienne. Il a aussi critiqué les pays arabes, le Conseil de sécurité des Nations unies et l'Organisation de la conférence islamique (OCI), pour leur «inaction».

9h40: La police israélienne en état d'alerte pour «la journée de la colère»
La police israélienne a été placée en état d'alerte vendredi, compte-tenu du risque d'affrontements avec des Palestiniens lors de la «journée de colère» décrétée par le mouvement islamiste Hamas, a indiqué le porte-parole de la police. L'armée israélienne a de son côté ordonné le bouclage total pendant 48 heures de la Cisjordanie. «La police a été placée en état d'alerte avancé dans tout le pays, juste au dessous du niveau d'alerte maximal en cas de guerre», a déclaré Micky Rosenfeld. Il a précisé que des milliers de policiers et gardes-frontières avaient été déployés à Jérusalem-est (annexé).

Seuls les musulmans disposant d'une carte d'idendité israélienne et âgés de plus de 50 ans pourront participer aux prières du vendredi à l'esplanade des Mosquées, le troisième lieu saint de l'islam. L'accès du site sera libre pour les femmes. La mobilisation policière vise également à empêcher des attentats suicide, selon le porte-parole. Dans ce but, la protection des lieux publics - marchés, centres commerciaux, synagogues - a été renforcée. Le Hamas a appelé jeudi les Palestiniens à une «journée de colère» qui doit être marquée par des manifestations contre l'offensive israélienne dans la bande de Gaza.


9h00: La popularité d'Ehud Barak remonte flèche

La popularité du dirigeant du parti travailliste et ministre de la Défense Ehud Barak remonte en flèche en Israël, selon un nouveau sondage publié vendredi au septième jour de la guerre déclenchée par l'Etat hébreu contre le Hamas à Gaza. Cette opération bénéficie d'un très large consensus au sein de la population juive, 95% des personnes la soutenant, dont 80% sans réserve, ajoute le sondage paru dans le quotidien Maariv.

8h00: Israël permet aux étrangers de quitter Gaza
Le terminal d'Erez était fermé depuis le début des opérations samedi, sauf pour permettre le passage d'un nombre limité de blessés civils palestiniens soignés dans des hôpitaux israéliens. Une porte-parole du ministère de la Défense avait auparavant déclaré que quelque 400 personnes possèdant une double nationalité seraient autorisés à quitter Gaza vendredi.

La plupart sont d'origine russe, mais on compte aussi des détenteurs de passeports des Etats-Unis, Norvège, Turquie, Ukraine et Belarus notamment, avait précisé un porte-parole de l'autorité militaire chargée des territoires palestiniens.