Turquie : Les recherches d’hydrocarbures continuent malgré les appels internationaux à y mettre fin

TENSIONS La Turquie et la Grèce se disputent le partage de réserves gazières découvertes ces dernières années en Méditerranée orientale

20 Minutes avec AFP

— 

La navire sismique turc Oruc Reis près de l'île grecque Kastellorizo.
La navire sismique turc Oruc Reis près de l'île grecque Kastellorizo. — Handout / TURKISH DEFENCE MINISTRY / AFP

Ignorant les appels internationaux à apaiser les tensions avec la Grèce, la Turquie a annoncé lundi  l'extension de ses recherches gazières dans une zone riche en hydrocarbures en Méditerranée orientale.

Les trois navires sismiques Oruç Reis, Cengizhan et Ataman continueront leurs activités jusqu’au 12 septembre, a annoncé la marine turque dans une notice maritime (Navtex).

Le déploiement des navires turcs prolongé

Le déploiement initial de l’Oruç Reis au sud de l’île grecque de Kastellorizo le 10 août avait suscité l’ire d'Athènes et déclenché une escalade des tensions entre les deux pays. Quelques heures avant l’annonce de la marine turque, le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé, lundi, qu’Oruç Reis « continuait ses activités avec détermination ».

« Si Dieu le permet, nous espérons en peu de temps avoir de bonnes nouvelles provenant de la Méditerranée, comme nous avons eu de la mer Noire », a-t-il affirmé, en référence à la récente découverte par la Turquie en mer Noire d'une réserve de gaz naturel estimée à 320 milliards de mètres cubes. La Turquie et la Grèce se disputent le partage de réserves gazières découvertes ces dernières années en Méditerranée orientale.

Des sanctions contre la Turquie

Athènes soutient que le droit d’exploiter les ressources naturelles autour de ses îles situées à proximité des côtes turques lui appartient. Mais Ankara refuse, estimant que cela reviendrait à priver la Turquie de dizaines de milliers de km2 de mer et à l'« emprisonner à l’intérieur de ses côtes ».

Préoccupée par des tensions croissantes, l'Union européenne a menacé vendredi d'infliger de nouvelles sanctions à la Turquie en cas d’absence de progrès dans le dialogue entre Ankara et Athènes. « Nous ne céderons jamais à la piraterie et le banditisme en Méditerranée et en mer Egée », a affirmé Recep Tayyip Erdogan lundi.