Liban : Plus de la moitié de la population risque une pénurie alimentaire d’ici fin 2020, selon l’ONU

CRISE La plupart des importations alimentaires au Liban arrivaient par le port de Beyrouth, détruit en grande partie par une explosion début août

20 Minutes avec AFP

— 

La moitié de la population du Liban pourrait connaître une pénurie alimentaire d'ici décembre 2020, selon ONU.
La moitié de la population du Liban pourrait connaître une pénurie alimentaire d'ici décembre 2020, selon ONU. — AFP

En raison de l’aggravation de la crise économique dans le pays et de la destruction d’une grande partie du port de Beyrouth, plus de la moitié de la population du Liban risque de manquer d’alimentation de base d’ici à la fin de l’année, a averti l’ONU, ce dimanche.

Le gouvernement doit « prendre des mesures immédiates pour empêcher une crise alimentaire », a estimé Rola Dashti, chef de la Commission économique et sociale de l’ONU pour l’Asie occidentale (Cesao), appelant les autorités à reconstruire en priorité les silos à grains détruits par la puissante explosion au port le 4 août qui a ravagé la ville.

L’ONU réclame des mesures immédiates

Ce port est normalement le principal point d’entrée des marchandises dans un Liban qui dépend « lourdement des importations alimentaires », a relevé l’agence onusienne. Par conséquent, « plus de la moitié de la population risque de ne pas pouvoir subvenir à ses besoins alimentaires de base d’ici à la fin de l’année », a-t-elle mis en garde.

« Des mesures immédiates devraient être prises pour éviter une crise alimentaire : intensifier la surveillance des prix des denrées alimentaires, fixer un plafond pour les prix et encourager les ventes directes des producteurs locaux aux consommateurs », a estimé Rola Dashti.

Les prix de l’alimentation en hausse de 141 %

L’organisation a relevé que l’inflation devrait dépasser 50 % en 2020, contre 2,9 % en 2019, avec des prix moyens de l’alimentation en hausse de 141 % par rapport à juillet 2019. Et de souligner que les mesures de confinement pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus ont aggravé la crise économique qui était déjà engagée, entraînant un bond des taux de pauvreté et de chômage.

La Cesao a appelé la communauté internationale à « donner la priorité et à étendre les programmes de sécurité alimentaire ciblant les réfugiés et les pays hôtes, pour faire face à la vulnérabilité croissante et dissiper des tensions sociales potentielles ».