Etats-Unis : L'ouragan Laura se renforce en catégorie 4 et menace les côtes

TEMPETE Laura est passé en catégorie 3 puis 4 dans la même journée

J.-L.D. avec AFP
— 
Galveston, au Texas, à l'approche de l'ouragan Laura, le 26 août 2020.
Galveston, au Texas, à l'approche de l'ouragan Laura, le 26 août 2020. — Caller-Times-USA TODAY NETWORK v/SIPA

Des vents pouvant atteindre 230 km/h : une montée des eaux « catastrophique » pouvant atteindre 4 à 6 mètres : l’ouragan Laura, qui est passé en catégorie 4, mercredi, et flirte avec la 5, devrait frapper les côtes de Louisiane et du Texas dans la nuit ou jeudi matin.

« L’ouragan Laura est très dangereux et s’intensifie rapidement. Ecoutez les responsables locaux. Nous sommes avec vous ! », a tweeté le président Donald Trump. « Vous n’avez que quelques heures pour vous préparer et évacuer », a prévenu mercredi sur Twitter le gouverneur de Louisiane John Bel Edwards.

15 ans après Katrina

Son Etat reste traumatisé par Katrina, un ouragan de catégorie 5, la plus élevée, qui avait inondé 80 % de la ville de La Nouvelle-Orléans et fait un millier de morts, il y a 15 ans presque jour pour jour.

Dans le Vieux carré français, le centre historique de La Nouvelle-Orléans vidé de ses touristes, des sacs de sable étaient empilés devant les pas-de-porte, et les fenêtres des bâtiments d’architecture coloniale étaient protégées par des panneaux de contreplaqué. Ceux qui ont survécu à Katrina se souviennent qu'« on ne peut pas savoir » à quoi s’attendre, prévient Sonya McCuller, habitante de la ville.

« Une minute vous pouvez penser que ça ne va pas arriver et la minute d’après vous essayez de vous préparer pour vous assurer de ne pas être coincé dedans. C’est fou ». Dans l’Etat voisin du Texas, déjà aux prises avec la pandémie de Covid-19, le gouverneur a exhorté les habitants à se mettre à l’abri. « Vos biens peuvent être remplacés, pas votre vie », a-t-il averti auprès de la chaîne Weather Channel.

Une saison intense pour les ouragans

Dans la ville de La Porte, près de Houston, les habitants s’assuraient d’avoir ce qu’il faut pour affronter la tempête. « Je suis un peu stressé, mais je me dis aussi que je vais être en sécurité dans mon appartement », a témoigné à l’AFP Matthew Jones, 28 ans. « J’ai du pain, du salami, du beurre de cacahuètes, de la confiture, de l’eau et des snacks ».

A Galveston, site en 1900 d’un ouragan historique ayant fait entre 8.000 et 12.000 morts, les opérations d’évacuation des résidents s’intensifiaient et le district scolaire a annulé ses cours jusqu’à vendredi. La ville voisine de Crystal Beach paraissait désertée : peu de voitures sur les routes, les quelques habitants encore dehors se pressant pour faire un dernier plein d’essence ou placarder leurs fenêtres.

La saison des ouragans dans l’Atlantique, qui dure officiellement du 1er juin au 30 novembre, s’annonce particulièrement intense cette année. Le Centre national des ouragans s’attend à 25 dépressions. Laura est déjà la douzième.