Iran : Réunion sur le nucléaire iranien le 1er septembre à Vienne

NUCLEAIRE Une annonce au lendemain d'un échange tendu entre Américains et Européens à l'Onu.

20 Minutes avec AFP
— 
Mike Pompeo,  le chef de la diplomatie américaine a accusé la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne d'avoir «choisi de s'aligner sur les ayatollahs» au pouvoir dans la République islamique après une réunion à l'ONU sur l'Iran.
Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine a accusé la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne d'avoir «choisi de s'aligner sur les ayatollahs» au pouvoir dans la République islamique après une réunion à l'ONU sur l'Iran. — AFP

De quoi limiter le bras de fer entre Téhéran et Washington ? Une réunion de la commission mixte sur l’accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) se tiendra à Vienne le 1er septembre, ont annoncé vendredi les services extérieurs de l’Union européenne, au lendemain d’un échange tendu entre Américains et Européens à l’Onu.

La commission sera présidée par l’UE, et réunira des représentants de Chine, France, Allemagne, Russie, Royaume-Uni et Iran, est-il précisé dans un court communiqué de la diplomatie européenne.

Le retour des sanctions internationales contre l’Iran ?

L’annonce intervient après le refus opposé par les Européens et d’autres grandes puissances à l’activation par les Etats-Unis jeudi à l’ONU d’une procédure controversée pour réclamer le rétablissement d’ici un mois des sanctions internationales contre l’Iran.

Washington avait claqué la porte en 2018 du compromis international sur le nucléaire iranien, et la plupart des autres pays contestent sur le plan juridique la capacité des Américains à se prévaloir de statut de « participant » à l’accord de Vienne de 2015, comme ils l’ont fait jeudi.

La résolution du Conseil de sécurité qui avait entériné l’accord désignait en effet alors comme « participants » tous les signataires initiaux, c’est-à-dire les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Iran.

Donald Trump, qui juge l’accord sur le nucléaire iranien « désastreux » et promet d’en obtenir un « meilleur » en exerçant une « pression maximale » sur Téhéran, a déjà rétabli et même durci toutes les sanctions américaines. En riposte, les autorités iraniennes ont commencé à revenir sur leurs engagements nucléaires, notamment en termes d’enrichissement d’uranium.

Le ton monte depuis jeudi

Le ton est monté à l’ONU jeudi, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo allant jusqu’à accuser la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne d’avoir « choisi de s’aligner sur les ayatollahs » au pouvoir dans la République islamique. Téhéran a dénoncé l’initiative américaine visant à rétablir les sanctions internationales jusque-là suspendues contre l’Iran dans le cadre de l’accord sur le nucléaire, disant compter sur les Nations unies pour contrecarrer le projet de Washington.