Coronavirus : La station autrichienne d’Ischgl, cluster de l’hiver dernier, va mieux encadrer les « après-skis »

EPIDEMIE Cette station du Tyrol, important foyer de contaminations au coronavirus l’hiver dernier, veut éviter les rassemblements arrosés

20 Minutes avec AFP
— 
Illustration de bières devant les montagnes enneigées.
Illustration de bières devant les montagnes enneigées. — Pixabay

Mieux vaut prévenir que guérir. La station d'Ischgl, devenue l’hiver dernier un important foyer européen de contamination au coronavirus, a annoncé vendredi le « strict encadrement » la saison prochaine des « après-skis », ces rassemblements arrosés au pied des pistes ayant contribué à la propagation de la pandémie.

Privés d'« après-ski »

« Il n’y aura pas d’après-skis la saison prochaine tels qu’on les connaissait jusqu’à présent », a indiqué la fédération du tourisme de la région de Paznaun, où se situe Ischgl, une destination du Tyrol (en Autriche) surnommée « l’Ibiza des Alpes » pour ses soirées débridées.

Dans le monde germanique, l’expression « après-ski » désigne la socialisation débridée des vacanciers qui se retrouvent par centaines aux pieds des pistes après une journée de descente pour boire et faire la fête, près d’échoppes diffusant une forte musique populaire. Ces soirées joyeuses et insouciantes constituent un important argument touristique.

Une enquête préliminaire en cours

Des milliers de vacanciers, notamment allemands et scandinaves, passent pour avoir attrapé le nouveau coronavirus durant leur séjour dans la station début 2020, puis pour l’avoir importé à leur retour de congés. Les autorités locales d’Ischgl et du Tyrol, qui rejettent toute responsabilité, sont critiquées pour leur réaction tardive et soupçonnées d’avoir minimisé la pandémie pour sauver la saison.

Des plaintes ont été déposées auprès de la justice autrichienne et une enquête préliminaire est en cours.

Tests et masques obligatoires

La fédération du tourisme de Paznaun a présenté vendredi un plan sanitaire pour assurer la sécurité des vacanciers l’hiver prochain à Ischgl, les incitant à présenter un test négatif de dépistage du coronavirus à leur arrivée à l’hôtel ou à se soumettre à un test gratuit de dépistage. Le port du masque sera obligatoire dans les remontées mécaniques et dans certaines rues très fréquentées.

En dépit du foyer d’Ischgl, le nombre des contaminations a été relativement limité en Autriche, un pays de 8,8 millions d’habitants, avec 24.612 cas officiellement recensés à ce jour et 730 décès imputables à la maladie Covid-19. Mais comme beaucoup de pays en Europe, l’Autriche fait part actuellement de son inquiétude face à un regain des contaminations. Elle enregistrait jeudi soir 347 nouveaux cas en 24 heures, soit la hausse la plus importante depuis début avril.