Russie : L'avion médicalisé transportant l'opposant Navalny a atterri à Berlin

INTERNATIONAL L’opposant de 44 ans va finalement pouvoir être soigné en Allemagne, alors que l'hôpital russe s'y était dans un premier temps opposé

20 Minutes avec AFP

— 

L'ambulance transportant Alexeï Navalny est arrivée à l'aéroport dans le nuit du 21 au 22 août puis un avion médicalisé a décollé vers l'Allemagne.
L'ambulance transportant Alexeï Navalny est arrivée à l'aéroport dans le nuit du 21 au 22 août puis un avion médicalisé a décollé vers l'Allemagne. — Alexei Petrov/TASS/Sipa USA/SIPA

L’avion médicalisé transportant le principal opposant russe Alexeï Navalny, dans le coma après ce que son entourage affirme être un « empoisonnement », a atterri samedi matin à Berlin où il doit être soigné, selon le site de suivi du trafic aérien Flightradar24. Son état de santé est "stable", a annoncé à l'AFP le dirigeant de l'ONG allemande Cinema for peace, Jaka Bizilj samedi peu après l'atterrissage 

« Alexeï Navalny a été chargé dans une ambulance et emmené à l’aéroport », avait indiqué sur Twitter sa porte-parole Kira Iarmych. Des journalistes de l’AFP ont vu une ambulance partir de l’hôpital et arriver peu après à l’aéroport de cette ville de Sibérie occidentale, escortée par un cortège policier, puis entrer sur le tarmac. L’hôpital russe où a été admis l’opposant jeudi a donné son feu vert vendredi à son transport vers l’Allemagne, affirmant que son état était « stable », après s’y être initialement opposé.

Malaise ou empoisonnement ?

Des médecins allemands avaient été autorisés à voir Alexeï Navalny, en réanimation depuis jeudi dans un hôpital en Sibérie, a annoncé vendredi l’entourage de l’opposant russe. Dans la matinée, l’un des médecins-chefs de l’établissement avait assuré qu'« aucun poison » n’a été découvert dans l’organisme d’Alexeï Navalny, précisant que son état était encore « instable ». « A ce jour, aucun poison n’a été identifié dans le sang et l’urine, il n’y a pas de traces d’une telle présence », a déclaré Anatoli Kalinitchenko, le vice-directeur de l’hôpital des urgences n°1 d’Omsk où l’opposant a été admis. « Nous ne croyons pas qu’il ait souffert d’un empoisonnement », a-t-il poursuivi, tout en ajoutant qu’il ne pouvait énoncer le diagnostic d’Alexeï Navalny en raison de la loi mais qu’il avait été signifié à sa famille.

Principal opposant au Kremlin, dont les publications dénonçant la corruption des élites russes sont abondamment partagées sur les réseaux sociaux, Alexeï Navalny a été pris soudainement de douleurs, jeudi matin dans un avion, obligeant l’appareil à un atterrissage d’urgence. Puis il a été placé en réanimation à l’hôpital d’Omsk. Son entourage a immédiatement évoqué un empoisonnement.

L’opposant toujours inconscient

Le médecin-en-chef de l’hôpital, Alexandre Mourakhovski, a de son côté expliqué aux journalistes travailler sur cinq hypothèses pour le diagnostic et que les tests allaient se poursuivre pendant deux jours.

Il a ajouté qu’il n’y a pas eu de complications durant la nuit et que l’état de santé de l’opposant s’était légèrement amélioré ce matin, mais qu’il était encore inconscient. L’ambassade américaine à Moscou a réagi ce vendredi, et estimé que si la thèse de l’empoisonnement était avérée, ce serait « un moment grave pour la Russie ».