La reine ou Ahmadinejad pour Noël, telle est la question

ROYAUME-UNI Le président iranien prononcera jeudi le message de Noël alternatif de Channel Four...

P.B. avec AFP

— 

La reine Elizabeth II et le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad
La reine Elizabeth II et le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad — Montage/DR

Merry Christmas ou Cristmas-e-shoma mobarak bashad, anglais ou farsi, Elizabeth II ou Mahmoud Ahmadinejad… Tel est le choix que devront faire les Britanniques pour leur message de Noël ce jeudi.

 

Cette année, c’est en effet le président iranien qui a été choisi par la chaîne Channel Four pour son message alternatif de Noël, destiné à concurrencer celui de la reine, à 19h15 GMT (20h15 en France). Une tradition depuis 1993, qui a notamment vu se succéder l’icône gay Quentin Crisp, Brigitte Bardot, Marge Simpson encore Ali G/Sasha Baron Cohen.

 

Jésus serait «contre les puissances agressives et expansionnistes»

 

Dans ce message, dont des extraits ont été publiés mercredi, Ahmadinejad commence par féliciter les Britanniques et les chrétiens en ce jour anniversaire de la naissance de Jésus, qui est aussi un des prophètes de l'islam.

 

Puis il revient à une rhétorique plus classique, attaquant : «Si le Christ était sur terre aujourd'hui, il ne fait aucun doute qu'Il se tiendrait aux côtés du peuple dans son opposition aux puissances agressives, acrimonieuses et expansionnistes. Qu'Il hisserait la bannière de la justice et de l'amour pour l'humanité afin de s'opposer aux bellicistes, aux envahisseurs, aux terroristes et aux tyrans du monde».

 

Il conclut son message en disant prier «pour que la nouvelle année soit une année de bonheur, de prospérité, de paix et de fraternité pour l'humanité».

 

«Un scandale et une source d’embarras national»

 

Tout le monde n’apprécie pas. L'ambassadeur israélien à Londres, Ron Prosor, estime que le  choix de Channel Four est «scandale et une source d'embarras national». L'une des responsables de Channel Four, Dorothy Byrne, a justifié le choix du président iranien par son «énorme influence» et par le souhait de proposer aux Britanniques un «aperçu d'une vision alternative du monde».