Une ville suisse veut fermer sa frontière avec la France en raison des cambriolages

DELINQUANCE La commune de Boncourt considère que la fermeture de ses frontières mettrait fin à la hausse des cambriolages qu’elle subit

F.B.

— 

Une frontière franco-suisse, pendant le confinement.
Une frontière franco-suisse, pendant le confinement. — F.Coffrini/AFP

Les voisins français sont-ils responsables de ses maux ? La commune suisse de Boncourt (canton du Jura suisse) demande en tout cas à pouvoir fermer ses frontières avec la France, la nuit, afin de faire cesser les cambriolages visant ses habitations, annonce L'Est républicain. Petite bourgade de 1.300 habitants, Boncourt à la particularité de partager une frontière avec six communes françaises du Territoire de Belfort.

Les cambriolages côté suisse auraient été multipliés par cinq depuis la réouverture des frontières à la faveur du déconfinement. Pas un hasard selon Lionel Maître, le maire de Boncourt, qui avait déjà formulé une demande d’isolement nocturne en fin d’année 2019.

Le canton du Jura avait alors rejeté cette requête et répondu qu’il n’était pas envisageable de fermer les routes cantonales la nuit. Mais il n’avait pas exclu la possibilité de fermer les voies communales. Le maire de Boncourt annonce qu’il renouvellera très bientôt la demande auprès des autorités suisses.