Convention démocrate : Joe Biden et les démocrates unis virtuellement contre Donald Trump

PRESIDENTIELLE Voici les moments marquants de la première journée de cette convention « virtuelle »

Philippe Berry

— 

L'actrice Eva Longoria a joué les maîtresses de cérémonie pour la première journée de la convention démocrate, le 17 août 2020.
L'actrice Eva Longoria a joué les maîtresses de cérémonie pour la première journée de la convention démocrate, le 17 août 2020. — Sipa/AP

Together at home contre Donald Trump. Coronavirus oblige, les démocrates ont donné, lundi, le coup d’envoi de leur convention virtuelle, qui devait se tenir à Milwaukee mais se déroule principalement sur Internet, avec Joe Biden qui acceptera la nomination jeudi. Au cours de deux heures animées par l’actrice et activiste Eva Longoria, les démocrates ont affiché leur unité contre le président américain, l’attaquant principalement sur le Covid et les tensions raciales. Et c’est sans doute Michelle Obama qui s’est montrée la plus virulente.

La présentatrice du jour : Eva Longoria maîtresse de cérémonie

En pleine pandémie de coronavirus, les démocrates ont donc fait le pari d’une convention virtuelle. Dans un studio de Los Angeles, Eva Longoria a joué les maîtresses de cérémonie, alternant entre la visioconférence en direct et des interventions enregistrées, comme celle de Michelle Obama. L’actrice et les producteurs s’en sont très bien sortis, avec deux heures de prime time sans temps morts ni couac technique. La première moitié a oscillé entre One World : Together at Home, avec une chorale virtuelle, et un Bidenthon qui a fait la part belle à Zoom et aux salons d’Américains affectés par la crise du coronavirus et les violences policières. La seconde partie a permis aux démocrates d’afficher leur unité, et à Michelle Obama de se payer Donald Trump. Reste à voir ce que donneront les audiences, alors que 26 millions d’Américains avaient regardé la première journée de la convention en 2016.

Le discours du jour : Michelle Obama se paie Donald Trump

Elle a parlé avec son cœur. Dans une intervention enregistrée il y a huit jours, Michelle Obama a fait le procès de Donald Trump, qui, selon elle, « a montré qu’il n’était pas à la hauteur de la tâche » et fait preuve « d’un manque absolu d’empathie ». Selon elle, le président américain incarne « le chaos et la division ». « Nous devons voter comme si notre vie en dépendait. Ce n’est pas le moment de s’abstenir ou de voter pour un candidat qui n’a aucune chance d’être élu »

La punchline du jour : « Sa seule condition préexistante est d’avoir fait confiance à Donald Trump »

La crise du coronavirus a dominé la soirée. Originaire de l’Arizona, Kristin Urquiza a dénoncé la gestion de Donald Trump, qui a, selon elle, coûté la vie à son père, accusant : « Mon père avait 65 ans et était en bonne santé. Sa seule condition préexistante, c’est d’avoir fait confiance à Donald Trump. » Son père, un supporteur du président américain, est décédé en juin après s’être rendu dans un bar. Selon sa fille, il a cru Donald Trump quand ce dernier a affirmé que l’épidémie était sous contrôle et qu’il était temps de rouvrir l’économie.

Les moins rancuniers du jour : Bernie Sanders et tous les perdants de la primaire

Amy Klobuchar, Cory Booker, Beto O’Rourke, Andrew Yang… De nombreux perdants de la primaire démocrate – qui aimeraient beaucoup avec un rôle dans un gouvernement Biden – ont dit tout le bien qu’ils pensaient de leur candidat dans un montage vidéo. Et Bernie Sanders s’est exprimé en direct, appelant à l’unité : « Le futur de notre démocratie est en jeu, le futur de notre planète est en jeu. Nous devons nous unir et élire Joe Biden. »

Le futur meme du jour : John Kasich à la croisée des chemins

L’ancien gouverneur républicain de l’Ohio John Kasich a apporté son soutien à son « ami » Joe Biden. Un homme politique à la croisée des chemins donc, avec une mise en scène très premier degré qui devrait vite être détournée sous Photoshop.

Le clip du jour : The Rising de Bruce Springsteen

Le soutien du Boss n’avait pas empêché Hillary Clinton de mordre la poussière, mais ce clip va sans doute davantage aider Joe Biden que tous les discours de Joe Biden.

Le programme de mardi

Le prime time, c’est entre 21h et 23h (4h et 6h mercredi heure de Paris), avec l’actrice Tracee Ellis Ross comme MC. Sont attendus : le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, John Kerry, la figure montante du parti, Alexandria Ocasio-Cortez, Bill Clinton et Jill Biden.