Explosions à Beyrouth : Un mandat d’arrêt émis contre le directeur des douanes

ENQUETE Le juge Fadi Sawan, nommé vendredi pour mener l'enquête, a interrogé Badri Daher durant quatre heures avant d'émettre un mandat d'arrêt, a indiqué une source judiciaire

20 Minutes avec AFP
— 
Après les explosions à Beyrouth (archives)
Après les explosions à Beyrouth (archives) — Lamaa/ Magnus News/SIPA

L’explosion du 4 août au port de Beyrouth et une partie de la capitale libanaise a fait au moins 177 morts et plus de 6.500 blessés. Le juge libanais Fadi Sawan chargé de l’enquête a interrogé le directeur général des douanes Badri Daher – qui était en détention provisoire depuis plus de 10 jours — durant quatre heures lundi avant d’émettre un mandat d’arrêt, a indiqué une source judiciaire à l’AFP, sans préciser les chefs d’accusation.

A l’origine de l’explosion dévastatrice, une énorme quantité de nitrate d'ammonium stockée dans un entrepôt du port depuis six ans « sans mesures de précaution » de l’aveu même du Premier ministre démissionnaire Hassan Diab.

Le procureur général Ghassan Oueidat a engagé des poursuites judiciaires contre 25 suspects, dont 19 sont actuellement en détention, parmi lesquels le président du conseil d’administration du port, Hassan Koraytem, qui sera interrogé par le juge Sawan mardi.

Seront également interrogés mardi l’ancien directeur des douanes Chafic Merhi, le directeur de la sécurité du port Mohamed al-Awf et le responsable des entrepôts du port Michel Nakhoul.

L’idée d’une enquête internationale rejetée

Les autorités libanaises, accusées par beaucoup de corruption et négligence, ont rejeté l’idée d’une enquête internationale malgré les voix qui s’élèvent au Liban et à l’étranger en ce sens.

Des enquêteurs de la police fédérale américaine (FBI) sont arrivés au Liban à la demande des autorités libanaises pour les assister dans l’enquête. La France, qui compte deux ressortissants tués dans l’explosion, a ouvert sa propre enquête.