Biélorussie : Alors que le régime vacille, Loukachenko reste inflexible

MANIFESTATION La capitale a connu dimanche l’un des plus grands rassemblements d’opposition de l’histoire du pays

20 Minutes avec AFP
— 
Manifestation à Minsk contre le régime du président Alexandre Loukachenko, le 16 août 2020.
Manifestation à Minsk contre le régime du président Alexandre Loukachenko, le 16 août 2020. — Valery Sharifulin/TASS/Sipa USA/

La crise se poursuit en Biélorussie. Chaque jour des manifestants continuent de se réunir dans le pays pour exiger un nouveau scrutin présidentiel et le départ d’Alexandre Loukachenko. Dimanche, la capitale Minsk a ainsi connu l’un des plus grands rassemblements d’opposition de l’histoire du pays avec des dizaines de milliers de personnes dans les rues.

Quelque 100.000 manifestants selon l’AFP

« Pars ! », ont scandé les protestataires à l’attention du dirigeant biélorusse. Réunis autour d’un monument dédié aux victimes de la Seconde Guerre mondiale, ils ont ensuite remonté dans la soirée l’avenue de l’Indépendance, la principale artère de Minsk. Des correspondants de l’AFP ont estimé leur nombre à plus de 100.000, tandis que le média indépendant Tut.by a affirmé qu’il s’agissait de la plus grande manifestation depuis l’indépendance du pays en 1991. Vêtus de blanc, au milieu des chants, des klaxons, les contestataires brandissaient des milliers de drapeaux rouges et blancs, les couleurs de l’opposition.

Le président n’a cependant pas dit son dernier mot. En milieu de journée, Alexandre Loukachenko a fait une apparition surprise sur la place de l’Indépendance, à Minsk, devant environ 10.000 de ses soutiens. « Je vous ai appelés ici non pas pour que vous me défendiez mais parce que, pour la première fois en un quart de siècle, vous pouvez défendre votre pays et son indépendance », a-t-il lancé, sous les ovations. Surtout, il a rejeté la demande de l’opposition d’organiser une nouvelle élection. « Si nous faisons ça, nous partirons en vrille et nous n’en reviendrons jamais », a-t-il prédit.

Des médias d’Etat neutres pour la première fois

Si Loukachenko reste inflexible, le régime commence à vaciller. Des membres de l’élite ont rallié la protestation : des journalistes de la télévision publique, d’habitude aux ordres du pouvoir, des chercheurs et des hommes d’affaires, mais aussi deux diplomates de haut rang. Fait exceptionnel, des médias d’Etat ont présenté dimanche les manifestations anti-Loukachenko sous un jour neutre ou positif.

En réaction à l’aggravation de la crise, l’Union européenne a donné vendredi son accord à des sanctions contre des responsables biélorusses liés à la répression ou à des fraudes électorales. Emmanuel Macron a pour sa part appelé dimanche l’UE à « continuer de se mobiliser » aux côtés des « centaines de milliers » de personnes qui manifestent.