Nouvelle trêve de 24 heures entre Israël et le Hamas

CONFLIT Les islamistes annoncent une «accalmie» à la demande de l'Egypte...

J.M. avec agence

— 

Le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin 2007 après un coup de force contre le mouvement Fatah de Mahmoud Abbas, a condamné le déploiement de nouveaux policiers palestiniens, affirmant qu'il était destiné à "étrangler" le mouvement en Cisjordanie et à aider Israël.
Le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin 2007 après un coup de force contre le mouvement Fatah de Mahmoud Abbas, a condamné le déploiement de nouveaux policiers palestiniens, affirmant qu'il était destiné à "étrangler" le mouvement en Cisjordanie et à aider Israël. — Mohammed Abed AFP/Archives

La trêve avait pris fin vendredi entre Israël et le Hamas. Mais ce dernier, ainsi que les autres groupes armés palestiniens, a accepté ce lundi de cesser les tirs de roquettes contre Israël pendant 24 heures à la demande de médiateurs égyptiens.

«Une accalmie», selon Aymane Taha, porte-parole du mouvement islamiste, consentie afin que les aides humanitaires égyptiennes puissent être envoyées à travers le point de passage de Kerem Shalom, entre le sud de la bande de Gaza et Israël.

Méfiance

Côté israëlien, la méfiance est de mise. «Aucune annonce ne nous est parvenue, ni directement ni indirectement, non plus de la part de l'Egypte», a affirmé Ygal Palmor, un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.

Plus tôt, le même responsable du Hamas avait indiqué que son mouvement pourrait reprendre les attentats suicide en Israël si l'Etat hébreu lançait de vastes opérations dans la bande de Gaza après la fin de la trêve des violences entrée en vigueur en juin.

Tirs de roquette

«Nous ne resterons pas les bras croisés face à l'agression israélienne. Il est de notre droit en tant que peuple occupé de nous défendre et de combattre l'occupation par tous les moyens possibles, y compris les opérations suicide», avait prévenu indiqué Aymane Taha.

Depuis vendredi, les tirs de roquettes se sont multipliés alors que le gouvernement israélien se déclarait décidé à frapper le Hamas, mais en se réservant le choix du moment et de l'ampleur de sa riposte.

>> Retrouvez l'avis d'un spécialiste sur la fin de la trêve en cliquant ici