Coronavirus : Donald Trump se trompe en datant la Seconde Guerre mondiale en… 1917

OUPS Le président comparait l’actuelle pandémie mondiale à celle de la grippe espagnole, apparue à la fin de la Première Guerre mondiale

L.Br.
— 
Donald Trump, le 10 août 2020 à Washington.
Donald Trump, le 10 août 2020 à Washington. — Andrew Harnik/AP/SIPA

Attention, cet article peut heurter les fans d’histoire ou les détenteurs d’une licence d’histoire contemporaine. Lundi, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche à Washington, Donald Trump a comparé la pandémie de coronavirus à celle de la grippe espagnole. Problème, le président s’est trompé d’année ET de guerre mondiale (et de bilan aussi).

« La chose qui s’en rapproche le plus date de 1917, la grande pandémie. C’était une chose terrible, où le monde a perdu entre 50 et 100 millions de personnes, qui a probablement mis fin à la Seconde Guerre mondiale », a déclaré Donald Trump. « Tous les soldats étaient malades. C’était une situation terrible », a-t-il ajouté.

Des armées désorganisées

En réalité, les livres d’histoires datent le début de l’épidémie de grippe espagnole, à laquelle Donald Trump fait référence, en 1918. Et elle n’a pas mis fin à la Seconde Guerre mondiale, qui aura lieu 21 ans plus tard. Enfin, elle n’a pas non plus causé la mort de 100 millions de personnes, mais a provoqué entre 20 et 50 millions de décès dans le monde. Ces chiffres hasardeux, il les avait déjà donnés en mai dernier lors d’une interview à Fox News (20 Minutes avait d’ailleurs écrit un article dans sa rubrique Fake off).

En revanche, le président américain a raison sur un point : à la fin de la guerre, les soldats ont été victimes de l’épidémie. L’armée française a même été profondément désorganisée mais tous les pays étaient logés à la même enseigne, selon le géographe Freddy Vinet, de l’Université Paul Valéry de Montpellier. On considère donc qu’elle n’a pas eu d’effet décisif sur la guerre.