Explosion à Beyrouth : Première démission d'une ministre après la catastrophe

DRAME Des manifestants se sont rassemblés dans la nuit de samedi à ce dimanche à Beyrouth pour réclamer la démission du gouvernement

F.F. avec AFP

— 

Un soldat sur les lieux de la double explosion à Beyrouth, le 6 août 2020. (illustration)
Un soldat sur les lieux de la double explosion à Beyrouth, le 6 août 2020. (illustration) — Thibault Camus/AP/SIPA

Une première démission après une nuit de colère. La ministre de l’Information libanaise, Manal Abdel Samad, a annoncé ce dimanche qu’elle quittait le gouvernement, première démission du genre après l'explosion sur le port de Beyrouth qui a traumatisé l’opinion publique et alimenté la colère contre l’incurie des dirigeants.

« Après l’énorme catastrophe de Beyrouth, je présente ma démission du gouvernement », a déclaré la ministre lors d’une brève allocution télévisée. « Je m’excuse auprès des Libanais, nous n’avons pas pu répondre à leurs attentes. »

Un policier tué

Samedi soir, des manifestants en fureur avaient pris d’assaut plusieurs ministères ainsi que le quartier général de l’Association des Banques, et un policier a été tué, dans le sillage d’une manifestation contre les autorités, auxquelles est imputée la responsabilité des explosions meurtrières du 4 août.

Le Premier ministre, Hassan Diab, a annoncé dans un discours télévisé ce samedi soir qu’il allait proposer des élections parlementaires anticipées, seules aptes à « permettre de sortir de la crise structurelle » que connaît le pays. Il a ajouté qu’il était prêt à rester au pouvoir « pendant deux mois », le temps que les forces politiques s’entendent à ce sujet.