Brésil : Aritana, un des grands chefs indigènes, est mort du Covid-19

Décès Le cacique Aritana Yawalapiti est mort du Covid-19, qui a déjà causé plusieurs centaines de morts parmi les indigènes au Brésil.

20 Minutes avec AFP

— 

Le chef indigène Aritana Yawalapiti (2003), est mort à cause de la Covid-19
Le chef indigène Aritana Yawalapiti (2003), est mort à cause de la Covid-19 — AFP

Le cacique Aritana Yawalapiti, l’un des principaux chefs indigènes du Brésil, est mort mercredi du Covid-19 à l’âge de 70 ans, a annoncé à l’AFP son neveu Iano Yawalapiti.

Aritana Yawalapiti, qui souffrait d’hypertension, avait été admis dans une unité de soins intensifs et mis sous respiration artificielle il y a deux semaines, dans un hôpital de Goiania, la capitale de l’Etat de Goias (centre-ouest), en raison d’une détresse respiratoire liée à une forme sévère de la maladie provoquée par le nouveau coronavirus.

Fervent défenseur des droits indigènes et de la préservation de la forêt amazonienne, le cacique était un important responsable de la région du Parc national du Xingu, dans le Mato Grosso, dont est également originaire le chef emblématique Raoni Metuktire.

Immunité plus faible face au coronavirus

Le coronavirus, dont le bilan va franchir ces prochains jours le cap des 100.000 morts au Brésil, a touché de plein fouet les indigènes, faisant parmi eux plusieurs centaines de morts, en raison d’une immunité plus faible et d’une difficulté d’accès aux soins.