Inde : 98 personnes meurent après avoir bu de l’alcool frelaté

CONTREBANDE Les trafiquants ajoutent souvent du méthanol, un produit toxique, pour augmenter le taux en alcool de leur boisson

20 Minutes avec agences

— 

Illustration: Une bouteille d'alcool frelaté.
Illustration: Une bouteille d'alcool frelaté. — Petr Sva/AP/SIPA

Près de 100 personnes sont mortes en quelques jours dans l’Etat du Pendjab (Inde) après avoir bu de l’alcool frelaté. L’incident a tué 98 personnes au total, et 25 personnes ont été arrêtées, selon une déclaration des responsables de la région ce dimanche.

Le bilan s’est alourdi à 75 morts dans le district de Tarn Taran après une enquête menée par la police. Onze autres personnes sont décédées dans le district de Gurdaspur. L’agence indienne PTI fait état de douze décès à Amritsar.

Un commerce juteux et mortel

Le chef du gouvernement de l’Etat du Pendjab a annoncé vendredi avoir ordonné une enquête spéciale sur ces décès. L’opposition a appelé sur Twitter le gouvernement local à « juguler la mafia de l’alcool » dans la région. Sur les cinq milliards de litres d’alcool bus chaque année en Inde, 40 % sont produits de manière illégale, selon l’Association internationale des spiritueux et vins de l’Inde.

Les trafiquants ajoutent souvent du méthanol, un produit très toxique, à leurs boissons alcoolisées afin d’en augmenter le taux en alcool. Le méthanol peut rendre aveugle, causer des dégâts au foie ou provoquer la mort. Des centaines de personnes meurent chaque année après avoir consommé de l’alcool frelaté, vendu 10 roupies (13 cents américains), un prix abordable même pour les plus pauvres.