Coronavirus : 36 membres d’équipage testés positifs sur un bateau de croisière norvégien

QUARANTAINE Les 180 passagers ont pu débarquer mais une soixantaine d’entre eux a depuis été placée en quarantaine

20 Minutes avec agences

— 

Un navire de croisière (illustration).
Un navire de croisière (illustration). — Paul Hennessy / SOPA Images/Sipa/SIPA

Trente-six marins confinés sur un bateau ont été testés positifs au coronavirus, a annoncé ce samedi la ville de Tromsø, en Norvège, où le navire est amarré. Le MS Roald Amundsen, qui appartient à la compagnie norvégienne de croisières Hurtigruten, abrite 158 membres d’équipage au total.

La majorité des employés testés est d’origine philippine, tandis que trois autres sont français, norvégien et allemand. La situation alimente les craintes d’une résurgence de l’épidémie en Norvège.

Une soixantaine de passagers placés en quarantaine

Ce vendredi, quatre membres d’équipage avaient déjà été testés positifs au virus et hospitalisés dans la foulée après l’arrivée du bateau à Tromsø. Le reste du personnel avait été placé en quarantaine. Le navire comptait également près de 180 passagers. Aucun n’a signalé de symptômes liés au coronavirus, mais une soixantaine d’entre eux est en quarantaine depuis leur débarquement ce vendredi, selon la compagnie.

Chaque passager a tout de même été invité à s’isoler et se faire dépister. Les mêmes recommandations ont été faites à plus de 200 passagers ayant voyagé du 17 au 24 juillet avec le même équipage après la découverte a posteriori d’un cas chez les passagers. Ce samedi, les autorités sanitaires norvégiennes ont indiqué avoir « avisé 69 municipalités de suivre » ces passagers.

Le secteur des croisières en berne

« Il s’agit déjà d’une épidémie majeure et nous craignons une nouvelle propagation », s’est inquiétée une responsable de l’Institut norvégien de santé publique dans un communiqué. L’épidémie est considérée comme étant sous contrôle depuis début avril dans le pays. Ce vendredi, le pays recensait 9.208 cas confirmés d’infections.

Le secteur des croisières, sinistré, a dû renoncer à une grande partie de son activité. De nombreux paquebots ont été bloqués en avril et mai pour des cas suspects ou avérés de contamination au Covid-19. Hurtigruten avait annoncé en mars la suspension de presque toutes ses activités à cause de la pandémie.