Coronavirus: La moitié des habitants des bidonvilles de Bombay a été touchée

CRISE SANITAIRE L’Inde est le troisième pays le plus touché au monde avec près de 1,5 million de cas. Toutefois les données officielles pourraient être bien en deçà de la réalité

20 Minutes avec AFP

— 

Des tests, pour limiter la propagation du coronavirus, effectués dans un bidonville de Bombay le 11 juillet 2020.
Des tests, pour limiter la propagation du coronavirus, effectués dans un bidonville de Bombay le 11 juillet 2020. — Rajanish Kakade/AP/SIPA

La situation sanitaire semble être encore plus catastrophique qu’annoncée en Inde. Plus de la moitié des habitants des bidonvilles de Bombay, dans l’ouest du pays, semblent avoir eu le coronavirus, selon une étude commandée par la ville et diffusée mardi. Surtout, ces nouvelles données viennent jeter le doute sur les chiffres officiels de contaminations en Inde.

57 % des habitants des bidonvilles ont des anticorps

L’Inde est déjà le troisième pays le plus touché au monde après les Etats-Unis et le Brésil, avec près de 1,5 million de cas. Mais, selon les experts, la pénurie de tests ne permet pas de connaître l’ampleur réelle de la pandémie. Des tests sanguins menés par les autorités à Bombay sur 6.936 personnes sélectionnées au hasard ont montré que 57 % des habitants des bidonvilles et 16 % des résidents des autres quartiers avaient des anticorps.

Bombay, dont quelque 40 % de la population vivent dans des bidonvilles, a recensé un peu plus de 110.000 contaminations et plus de 6.000 morts pour le moment. La ville de 20 millions d’habitants abrite le plus grand bidonville d’Inde, Dharavi, dont la population est estimée à un million de personnes.

Le rempart de la jeunesse

Toutefois, les décès dans ce quartier tentaculaire n’ont pas explosé. Selon les responsables locaux, leurs initiatives fermes pour empêcher la propagation du Covid-19 ont été efficaces. En fait, les résultats des tests suggèrent que les contaminations asymptomatiques pourraient « représenter une proportion importante des contaminations » et que le taux de mortalité du virus semble « très bas », indique l’étude. La jeunesse de la population a, toujours selon les experts, limité le nombre de morts.

Ces informations sont diffusées une semaine après une étude similaire du gouvernement selon laquelle près d’un quart des habitants de la capitale New Dehli, qui compte elle aussi 20 millions d’habitants, a contracté le coronavirus.