50 heures, 50 minutes et 50 secondes de chansons sans s’arrêter… Le Norvégien « Kjell Elvis » honore le « King » et s’offre le record

RECORD « Je ne le referai plus jamais », a déclaré l’imitateur scandinave

20 Minutes avec AFP

— 

 Kjell Henning Bjornestad, imitateur du King, a pulvérisé le record précédent de 7 heures.
Kjell Henning Bjornestad, imitateur du King, a pulvérisé le record précédent de 7 heures. — Fredrik Hagen / NTB Scanpix

Il est Norvégien. Très bien. C’est un artiste. D’accord. Et il vient de chanter sans interruption pendant 50 heures, 50 minutes et 50 secondes. Quand même… Ce fou du répertoire, c’est le fameux Kjell Henning Bjornestad, imitateur scandinave d’ Elvis Presley, qui a battu ce samedi à Oslo le record du monde de la plus longue interprétation des titres du « King ». Un marathon musical qui a été diffusé en direct sur Internet.

Avec cette nouvelle marque, le bien nommé « Kjell Elvis » a pulvérisé de plus de sept heures le précédent record homologué par le Guinness des records, qui était détenu depuis seize ans par un Allemand, Thomas « Curtis » Gäthje.

Smoothies et barres de fruits

Quel sentiment après cet « exploit » vocal ? « Je ne le referai plus jamais », a répondu à la télévision norvégienne NRK le sosie de la star américaine au terme de sa prestation, vers 10h50. Il avait commencé à chanter jeudi matin à 08h locales dans un bar du centre de la capitale, en tenue complète.

Selon son manager, il a été recommandé à l’artiste de ne pas forcer sur le café pour traverser notamment deux nuits entières. Smoothies, fruits et barres énergétiques lui ont permis de tenir la distance et de préserver sa voix, un peu éraillée dans les dernières heures.

Des hôpitaux en Birmanie

Pour Bjornestad, 52 ans, ce fait d’armes n’est pas une première : il avait déjà reçu l’attention des médias internationaux en battant deux fois le record, la dernière fois en 2003 – un marathon de 26 heures à l’époque.

L’artiste avait lancé un appel aux dons sur la page internet de l’événement destiné en partie à la construction d’hôpitaux en Birmanie.