Tensions maritimes : La Grèce déploie des navires en mer Egée face à des activités turques d’exploration gazière

MONDE Athènes a protesté officiellement contre des mouvements turcs proches de l’île grecque de Kastellorizo

20 Minutes avec AFP

— 

Des navires grecs ont été déployés.
Des navires grecs ont été déployés. — Caro / Schwarz /SIPA

Tensions en mer Egée. La marine grecque a déployé des navires et a annoncé des « préparatifs renforcés » à la suite des récentes activités turques d’exploration gazière, a indiqué mercredi une source de ce corps militaire.

« Des unités de la marine ont été déployées depuis hier (mardi) dans le sud et le sud-est de la mer Egée », a déclaré cette source à l’AFP. Ces unités « sont prêtes à répondre à toute activité », a ajouté l’officier. La marine a également appelé les marins à ignorer une restriction de navigation maritime décrétée par la Turquie.

Athènes dénonce « une escalade de la tension » dans la région

Le Premier ministre grec, Kyriakos Mistotakis, a organisé des rencontres séparées avec les dirigeants de partis politiques grecs, jeudi et vendredi, « sur des sujets nationaux », selon son bureau de presse.

Dans le cadre de ses activités d’exploration d’hydrocarbures en cours, la Turquie a annoncé « publiquement » le déploiement de son vaisseau Oruç Reis en Méditerranée orientale à compter de mardi, selon un communiqué du ministère turc des Affaires étrangères daté de mercredi.

Athènes a protesté officiellement contre ces mouvements proches de l’île grecque de Kastellorizo. « L’annonce des explorations turques dans une section du plateau continental grec (…) constitue une escalade de la tension dans notre région », a déclaré mardi le ministère grec des Affaires étrangères.

« Nous appelons la Turquie à cesser immédiatement ses activités illégales qui violent nos droits souverains et sapent la paix et la sécurité dans la région », a ajouté le ministère grec.

L’UE a réagi, dénonçant « un mauvais message » envoyé par les Turcs

Ankara affirme que la zone maritime où les explorations seront conduites se trouve « entièrement sur le plateau continental turc tel que déclaré aux Nations unies », selon Hami Aksoy, porte-parole du ministre des Affaires étrangères.

Celui-ci conteste que la seule île grecque de Kastellorizo, « large de 10 km2, à 2 km seulement d’Anatolie (en Turquie) et à 580 km du continent grec, puisse générer un plateau continental de 40.000 km2 », selon un communiqué. A Bruxelles, Nabila Massrali, porte-parole de l’UE, a estimé que la Turquie envoyait là « un mauvais message » eu égard aux relations turco-européennes.

La Turquie, candidate pour entrer dans l’UE, « doit s’engager sans équivoque pour des relations de bon voisinage, (l’application) des accords internationaux et la résolution pacifique des disputes en accord avec la charte de l’ONU », a-t-elle déclaré aux journalistes.