Suède : Il y a plus de femmes prêtres que d’hommes prêtres

RELIGION L’église luthérienne suédoise autorise les femmes à devenir prêtres depuis 1958

F.H. avec AFP

— 

L'intérieur de l'église Catherine à Stockholm. (Illustration)
L'intérieur de l'église Catherine à Stockholm. (Illustration) — Jonathan NACKSTRAND / AFP
  • Les trois premières ont été ordonnées par l’église luthérienne suédoise en 1960.
  • « En 1990, un rapport estimait que la part des femmes dans le clergé suédois ne représenterait la moitié des prêtres qu’en 2090. Cela n’a finalement pris que trente ans. »
  • Si en Suède le clergé a atteint la parité, l’écart de salaire entre les prêtres hommes et femmes demeure en moyenne de 2.200 couronnes suédoises, soit environ 215 euros par mois.

En soixante ans, les femmes prêtres sont devenues plus nombreuses que les hommes prêtres en Suède. Les trois premières ont été ordonnées par l’Église luthérienne suédoise en 1960. En 2020, « sur les 3.060 prêtres aujourd’hui en service en Suède, 1.533 sont des femmes et 1.527 sont des hommes », a précisé à l’AFP Cristina Grenholm, secrétaire de l’Eglise de Suède, soit une proportion de 50,1 % de femmes pour 49,9 % d’hommes.

Contrairement à l’Église catholique, l’Église luthérienne suédoise autorise les femmes à devenir prêtres depuis 1958. En 1982, le Parlement suédois a voté une loi supprimant la « clause de conscience » qui permettait aux prêtres de refuser toute collaboration avec une femme.

Pas de parité salariale

«La parité​ est arrivée plus vite que nous l’avions imaginé », raconte Cristina Grenholm. En 1990, un rapport estimait que la part des femmes dans le clergé suédois ne représenterait la moitié des prêtres qu’en 2090. Cela n’a finalement pris que trente ans. » Une des raisons qui expliquent ce phénomène est l’augmentation progressive de la proportion d’étudiantes dans l’enseignement sacerdotal, particulièrement après la séparation de l’Eglise et de l’Etat, en 2000. En 2013, environ 70 % des étudiants suédois qui suivaient une formation pratique de prêtre étaient des femmes.

« Aujourd’hui, de nombreuses paroisses tentent d’avoir à la fois un homme et une femme pour dire la messe lors du service dominical », explique Cristina Grenholm. « Puisque nous pensons que Dieu a créé les êtres humains, aussi bien l’homme que la femme à son image, il est essentiel que nous le montrions. Si l’on exclut la moitié de l’expérience que représente la vie d’une femme, alors on exclut beaucoup de choses ».

Si en Suède le clergé a atteint la parité, l’écart de salaire entre les prêtres hommes et femmes demeure en moyenne de 2.200 couronnes suédoises, soit environ 215 euros par mois, selon le journal spécialisé Kyrkans tidning. « Une des explications que l’on peut donner à cette différence est qu’elle concerne l’ensemble des prêtres de l’Eglise suédoise. Or les hommes détiennent toujours les positions hiérarchiques les plus élevées », souligne Cristina Grenholm.

En Suède, les ministres du culte de l’Eglise de Suède ont le titre de prêtre, tandis que ceux servant dans des paroisses extérieures à l’ancienne Eglise d’Etat sont qualifiés de pasteurs.